1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. « Air Algérie a-t-elle été privatisée ? », s’interroge un sénateur
Air Algérie

« Air Algérie a-t-elle été privatisée ? », s’interroge un sénateur

Air Algérie : des billets d’avion rares et chers

Air Algérie a repris partiellement ses vols commerciaux internationaux le 1er juin dernier après plus de quatorze mois de suspension du trafic aérien régulier.

Depuis la réouverture partielle des frontières, les autorités ont décidé d’autoriser un nombre restreint de vols commerciaux internationaux. Des vols sont opérés et vers six pays : la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Turquie et la Tunisie.

Au total, une quinzaine de vols hebdomadaires sont assurés par Air Algérie et neuf compagnies aériennes étrangères.

Vols : très forte demande vers l’Algérie

Dans ce contexte, les compagnies aériennes font face à une très forte demande sur les billets d’avion vers l’Algérie. Une demande que l’offre actuelle est loin de satisfaire.

Acheter un billet chez Air Algérie relève presque de la mission impossible. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes doutent carrément de la mise en vente de billets vers l’Algérie.

Les vols commercialisés se vendent en quelques minutes. Le même constat est fait chez les autres compagnies aériennes qui opèrent vers l’Algérie dans le cadre de la réouverture partielle des frontières.

« Air Algérie a-t-elle été privatisée ? »

Une situation qui a irrité le sénateur Abdelouahab Benzaïm. Ce dernier a poussé un véritable coup de gueule sur sa page Facebook, ce mercredi 5 août. Le parlementaire s’est montré très critique à l’égard de la gestion d’Air Algérie notamment sur la question de la vente des billets jugée opaque.

« Air Algérie a-t-elle été privatisée ? », s’interroge Abdelouahab Benzaïm. Ce dernier accuse le directeur général par intérim Amine Mesraoua de mainmise sur les réservations de billets vers l’Algérie.

« C’est lui qui décide qui entre et qui sort. Aucun passager ne peut réserver quel que soit le prix et les circonstances sauf s’il fait partie de l’entourage proche du DG par intérim ou sauf s’il est un commerçant, entrepreneur ou homme d’affaires », ajoute le sénateur.

Pour Benzaïm le constat est clair : « C’est la fin du service public chez Air Algérie. Elle est devenue une entreprise privée du DG par intérim »

Il conclut : « Même certains ministres et responsables ne peuvent pas intervenir pour réserver des places pour qui que ce soit. Où est la transparence ? Où est le service public ? Où est le contrôle du gouvernement sur l’entreprise ? Jusqu’à quand cette situation va-t-elle perdurer ? ».

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus