1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Air Algérie : ces oubliés des opérations de rapatriement
Air Algérie

Air Algérie : ces oubliés des opérations de rapatriement

Depuis vendredi dernier, Air Algérie opère des vols de rapatriement internationaux. Au total, une trentaine de vols sont au programme dans les deux sens, entre l’Algérie et plusieurs pays : France, Espagne, Canada, Arabie saoudite, Emirats arabes unis…

Selon les prévisions d’Air Algérie, plus de 5000 Algériens bloqués à l’étranger devraient être rapatriés. Ces vols concernent en priorité les citoyens qui ont voyagé avec visa avant le début de l’épidémie et la décision de fermer les frontières algériennes. Des autorisations spéciales sont prévues dans certains cas pour les Algériens résidents à l’étranger.

Mais ce programme est jugé insuffisant. Des élus appellent à augmenter le nombre de vols et à supprimer l’autorisation spéciale. C’est le cas de la députée de l’émigration pour la zone Afrique du Nord et Moyen-Orient, Amira Slim, qui maintient la pression sur le gouvernement.

Mercredi soir, l’élu a publié sur sa page officielle Facebook, une lettre qu’elle a adressée au Premier ministre. Elle l’interpelle au sujet des citoyens en Asie en Afrique qui n’ont jamais été concernés par les opérations de rapatriement.

Oubliés des opérations de rapatriement

En effet, la députée Amira Slim a interrogé Abdelaziz Djerad sur les cas des citoyens qui se trouvent en Chine, en Malaisie, au Sultanat d’Oman ainsi que dans plusieurs pays africains tels que le Nigeria, la Guinée, la Côte d’Ivoire et le Mozambique.

La parlementaire invite le Premier ministre à faire un geste envers ces citoyens algériens qui n’ont jamais pu bénéficier d’une quelconque opération de rapatriement. D’ailleurs, le programme tracé par la compagnie Air Algérie pour ce mois de décembre ne concerne aucun des pays cités par Amira Slim.

La députée évoque la situation économique difficile de certaines familles de ces ressortissants qui sont aujourd’hui loin de chez eux pour des raisons professionnelles, d’études ou de soins et qui ne peuvent pas subvenir aux besoins des leurs restés sans ressources en Algérie.

Pour la réouverture de la frontière avec la Tunisie

La députée de l’émigration pour la zone Afrique et Moyen-Orient a également évoqué un autre problème en attente de règlement. Celui de la frontière fermée avec la Tunisie dans le cadre d’un commun accord entre les deux pays après l’éclatement de la crise sanitaire.

Amira Slim appelle Abdelaziz Djerad à mettre fin à cet accord qui impacte négativement les échanges économiques entre les deux pays. La circulation des personnes est donc suspendue en vertu de cet accord ce qui a causé des désagréments pour les citoyens des deux côtés de la frontière, ajoute la parlementaire.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus