1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Air Algérie « en pleine zone de turbulences » (Le Figaro)
Air Algérie

Air Algérie « en pleine zone de turbulences » (Le Figaro)

Les difficultés de la compagnie Air Algérie intéresse les médias internationaux. Ce lundi, c’est le journal français Le Figaro qui consacre un article à la situation de la compagnie aérienne publique algérienne.

« Crise sanitaire oblige, les avions d’Air Algérie ne volent pour le moment pas plus loin que les frontières, mais cela n’empêche pas le ciel d’être très agité pour la compagnie nationale », souligne Le Figaro à la Une de son supplément « économie ».

En fin de semaine, Air Algérie a été au cœur de l’actualité, avec l’annonce surprise de plusieurs limogeages : Lazhar Hani, ministre des transports, et Bekhouche Alleche, PDG de la compagnie aérienne, ont été limogés par le président Abdelmadjid Tebboune. Le responsable de la filiale Catering d’Air Algérie a également été remercié.

Articles en Relation

Air Algérie « peine à améliorer son image »

La raison ? Selon le communiqué du gouvernement, Air Algérie a importé des produits en devises pour sa filiale Catering alors que les consignes sont claires : privilégier la production nationale pour économiser les devises dans un contexte financier difficile.

Pour le journal français, Air Algérie n’avait « pas besoin de ces nouvelles turbulences » dans le contexte actuel marqué par la pandémie du coronavirus.

Les avions d’Air Algérie ne volent plus depuis le 17 mars dernier, soit près de 10 mois, hormis pour quelques opérations de rapatriement. D’ailleurs, la dernière en date a été amputée : seuls les vols au départ de Paris Orly sont maintenus, à raison d’une desserte par jour.

Air Algérie a registré un manque à gagner de 40 milliards de dinars (250 millions d’euros), en 2020, rappelle également le journal français.

Air Algérie « peine à améliorer son image et à s’affranchir de ses lourdeurs de gestion. À l’automne, les pouvoirs publics ont une nouvelle fois mis la pression sur la compagnie pour l’exhorter à revoir son mode de fonctionnement dans le sens d’une compétitivité accrue mais aucune stratégie n’a été présentée depuis », analyse le journal français.

« Lazhar Hani était-il le mieux placé pour hâter ce dossier ? Sa famille, active dans le transport maritime, a déjà été montrée du doigt pour conflit d’intérêts », conclut Le Figaro.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus