1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Air Algérie face à l’offensive des compagnies low cost françaises
Air Algérie

Air Algérie face à l’offensive des compagnies low cost françaises

Depuis le 17 mars 2020, le trafic aérien régulier est suspendu entre l’Algérie et la France dans les deux sens. Les frontières algériennes sont fermées et seuls des vols spéciaux dits de rapatriement ont été autorisés.

Les vols de rapatriement de la compagnie nationale Air Algérie, qui étaient effectués depuis l’aéroport Paris Charles de Gaulle, sont suspendus depuis le 1er mars dernier sur décision des autorités algériennes. La suspension devrait rester en vigueur au moins jusqu’au 31 mars prochain.

Les vols des compagnies français Air France, ASL Airlines et Transavia se poursuivent. Ils ont même été renforcés depuis le début de ce mois de mars.

Articles en Relation

Reconfiguration du marché de l’aérien entre l’Algérie et la France

Pour le moment, aucune indication n’est donnée par les autorités sur la réouverture des frontières. Pour le membre du Comité scientifique du ministère de la Santé, le Pr Riyad Mahiaoui, cette question « n’est pas d’actualité ».

En attendant la reprise du trafic aérien régulier, les compagnies françaises dont les vols sont autorisés sont en train de se positionner en vue de la réouverture des frontières.

Articles en Relation

Le paysage du marché de l’aérien entre l’Algérie et la France est, en effet, en pleine reconfiguration. Après la reprise des vols réguliers, Air Algérie devra faire face à une très rude concurrence. En plus d’Air France, le concurrent classique sur le créneau le plus demandé entre Alger et Paris, le pavillon national sera confronté à la concurrence de trois compagnies low cost.

Volotea veut frapper un gros coup d’entrée

En effet, Air Algérie devra faire des efforts pour s’aligner sur les offres des compagnies ASL Airlines et Transavia, la filiale low cost d’Air France. Elle devra également faire face à l’arrivée d’une troisième compagnie low cost, à savoir l’espagnol Volotea. Cette dernière, qui vient de dévoiler son programme et ses prix, veut frapper fort.

En annonçant des vols à partir du mois de septembre au départ de trois aéroports français vers sept destinations en Algérie, Volotea s’attaque frontalement aux positions d’Air Algérie. Elle prévoit de desservir six villes algériennes au départ de Marseille, deuxième ville importante pour Air Algérie après Paris.

Autre source d’inquiétude pour Air Algérie : la compagnie espagnole, qui a récupéré les créneaux d’Aigle Azur, annonce des prix très bas, à partir de 32 euros.  Air Algérie ne sera pas prête à s’aligner vu sa situation financière délicate et l’absence de rentrée d’argent depuis de longs mois.

L’Algérie perd gros

Bien plus que des pertes pour la compagnie nationale que cette situation va engendrer, c’est l’Algérie en tant que pays qui perd gros sur son propre marché faute d’avoir des compagnies aériennes qui peuvent se poser comme des alternatives sérieuses à Air Algérie et des concurrents fiables aux compagnies françaises.

Les compagnies françaises, notamment les low cost, vont rafler la grosse part du marché après la réouverture des frontières devant l’impossibilité de voir Air Algérie proposer des billets moins cher sur le marché.

Tassili Airlines, la filiale de la Sonatrach, aurait pu constituer un bon joker algérien. Mais la compagnie est mal gérée et fait face à une instabilité managériale, avec des changements fréquents de PDG.

Les autorités doivent réfléchir à des solutions à même de permettre à l’Algérie de disposer de quoi faire face à la concurrence et épauler ainsi Air Algérie qui se retrouve seule, démunie et dans l’incapacité d’affronter ses concurrents.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus