1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Air Algérie : le calvaire d’un Algérien bloqué en Turquie – Vidéo
Air Algérie

Air Algérie : le calvaire d’un Algérien bloqué en Turquie – Vidéo

Cela fait maintenant plus de dix mois que les frontières de l’Algérie sont fermées. Six phases de rapatriement ont été lancées depuis mars 2020. La dernière touche à sa fin : lancée le 23 décembre, elle s’achèvera le 31 janvier prochain. Elle a été fortement réduite dès le 10 janvier pour ne concerner qu’un seul pays, la France.

L’objectif de 25.000 rapatriements ne sera donc pas atteint. Le calvaire continue donc pour des milliers d’Algériens, bloqués dans différents pays.

Après des actions menées en France, c’est au tour des Algériens bloqués en Turquie de protester contre le maintien de la fermeture des frontières. Un rassemblement a été tenu devant le siège du consulat général d’Algérie à Istanbul. L’agence Air Algérie a également été le théâtre de tensions.

Articles en Relation

Un Algérien malmené et jeté en prison avec sa famille

Sur une vidéo postée cette semaine sur les réseaux sociaux, un citoyen Algérien bloqué en Turquie depuis le mois de septembre, raconte son calvaire. Brahim Ferraz est arrivé en Turquie via la Tunisie pour soigner son fils, un bébé âgé d’environ deux ans.

L’homme révèle qu’il a pu sortir d’Algérie avec une autorisation gouvernementale. Alors que le traitement de son fils devait durer un mois, Brahim Ferraz précise qu’il a été contraint de prolonger son séjour en Turquie à cause notamment de la situation sanitaire. Cela fait maintenant cinq mois qu’il est bloqué à Istanbul.

« J’ai demandé au consulat d’Algérie si je pouvais repasser par la Tunisie. Ils m’ont dit oui. J’ai acheté les billets, mais une fois à l’aéroport, on m’a empêché d’embarquer », raconte Brahim qui affirme qu’il a été emprisonné en compagnie de sa femme et ses deux enfants en bas âge suite à une altercation avec la police turque.

L’Algérien obligé de quitter la Turquie dans un délai de 30 jours

« L’argent avec lequel je devais soigner mon fils, je l’ai dépensé. Je dois quitter l’hôtel d’ici vendredi. Les autorités turques m’ont remis un document qui m’oblige à quitter le territoire turc dans un délai de trente jours », poursuit-il.

Il appelle les autorités algériennes, à leur tête le président Tebboune, à rouvrir les frontières pour que les citoyens bloqués et qui se trouvent en difficulté financière puissent regagner le pays. « Ouvrez les frontières, les gens sont à la rue ! », ajoute Brahim.

Le cas de Brahim et sa famille est loin d’autre unique. Des témoignages sont régulièrement relayés sur les réseaux sociaux. Des familles entières, des vieux, des malades attendent de revenir au pays.

La sixième phase de rapatriement prendra fin le 31 janvier prochain et aucune décision concernant une éventuelle prolongation n’a été annoncée.

Le vol quotidien opéré depuis le 21 janvier au départ de l’aéroport de Paris Charles de Gaulle est justement dédié aux citoyens bloqués dans d’autres pays que la France. Ces derniers peuvent rejoindre la France puis embarquer vers Alger à bord du vol AH 1001 à condition de figurer sur la liste de rapatriement.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus