1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Air Algérie : le protocole sanitaire est-il suffisant face à Omicron ?
Air Algérie

Air Algérie : le protocole sanitaire est-il suffisant face à Omicron ?

Le nombre de contaminations liées à la propagation du nouveau variant Omicron grimpe en flèche dans de nombreuses régions, dont l’Europe, et la période des fêtes de fin d’année risque d’accélérer le processus.

Les experts estiment qu’Omicron deviendra le variant majoritaire d’ici le début de l’année 2022. En Algérie, nous avons enregistré un seul cas, le 10 décembre dernier sur un passager arrivé à l’aéroport d’Alger. 

Ce mercredi, le directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a affirmé qu’aucun autre cas n’a été détecté. Une déclaration à prendre avec prudence. Et pour cause : le variant Omicron est réputé pour être difficile à détecter. Dans plusieurs pays, comme la France, les gouvernements se contentent de fournir des estimations, souvent inférieures à la réalité.

Omicron et voyage en avion : un risque accru

Alors que les vols d’Air Algérie et des autres compagnies aériennes qui desservent les aéroports algériens affichent complet en cette période et que des milliers de voyageurs sont amenés à transiter entre l’Europe et l’Algérie. Qu’en est-il de la sécurité des voyageurs face à la nouvelle menace d’Omicron ?

Selon une étude dévoilée ce mercredi, les voyageurs ont deux à trois fois plus de chance de contracter le virus du covid-19 pendant un voyage en avion depuis l’émergence d’Omicron, rapportent plusieurs médias dont l’agence Bloomberg.

En Algérie, le protocole sanitaire pour les voyages par avion prévoit un double contrôle par un test PCR négatif de moins de 36 h au départ et un autre, antigénique, réalisé à l’arrivée à l’aéroport.

La fiabilité des tests antigéniques pointée du doigt

Cependant, l’arrivée du nouveau variant met en exergue les failles de ce système et un test négatif.

En France, une étude menée par la Haute autorité de santé avait révélé que leur sensibilité pouvait varier de 17 % à 97 %, rapporte le journal Le Monde.

Rappelons qu’à ce jour le test le plus sensible est la RT-PCR effectuée en laboratoire et dont le résultat est obtenu en plusieurs heures, voire plus de 24 h. Ce test est de plus en plus remplacé par le test antigénique moins fiable mais plus économique et rapide puisque le résultat apparaît en quelque minutes.

Un autre risque est celui de se faire dépister au mauvais moment : « Si le patient est dans un début de maladie, il y a encore peu de virus et celui-ci peut ne pas être détecté » explique le Professeur Vass, cité par Le Monde.

Ainsi, même si un voyageur présente un test négatif au moment de l’embarquement, rien ne prouve qu’il ne soit pas porteur du virus en incubation. On comprend donc que malgré des restrictions de voyage de plus en plus strictes, il semble bien difficile de limiter la propagation du nouveau variant.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus