1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Air Algérie : les vols vont-ils se poursuivre en juillet ?
Air Algérie

Air Algérie : les vols vont-ils se poursuivre en juillet ?

Le programme de vols internationaux pour le mois de juin touche à sa fin. Mais à J-5, Air Algérie et les autres compagnies aériennes étrangères qui assurent des vols en aller-retour dans le cadre de la réouverture partielle des frontières sont dans le flou.

Aucun programme de vols n’a encore été autorisé. Air Algérie et les autres compagnies aériennes ignorent si le rythme actuel (un vol hebdomadaire par pays, sauf pour la France vers laquelle trois dessertes sont assurées) sera maintenu ou augmenté.

Les autorités algériennes analyseront les résultats de cette première étape de la reprise des vols pour décider du programme pour juillet. Elles analyseront également la situation sanitaire dans les pays de l’entourage, notamment ceux avec lesquels les vols sont autorisés : France, Italie, Espagne, Allemagne, Turquie et Tunisie.

Articles en Relation

Plusieurs membres du comité scientifique ont appelé à une augmentation du nombre de vols et à un allégement des mesures de confinement. Mais d’autres éléments incitent à la prudence.

Voici les éléments qui plaident pour et contre une poursuite, voire une augmentation du nombre de vols internationaux en juillet.

Articles en Relation

POUR

1- Un protocole sanitaire efficace. Dès l’annonce de la réouverture des frontières prévue pour le 1er juin, les autorités avaient mis l’accent sur le respect strict du protocole sanitaire. 

Articles en Relation

Les passagers doivent présenter un test PCR négatif datant de seulement 36 h avant le départ et se soumettre à un confinement obligatoire de cinq jours à leurs frais dans un hôtel désigné par les autorités puis subir un second dépistage à la fin de la période d’isolement.

Ces mesures, bien que très critiquées, ont été efficace puisqu’on enregistre un taux de contamination très faibles chez les passagers en provenance de l’étranger : cinq cas positifs depuis le début de l’opération.

2- Une forte demande de la diaspora algérienne. Malgré les critiques qui ont accompagné l’annonce des conditions sanitaires, la reprise des vols internationaux suscite un énorme engouement chez la communauté algérienne établie à l’étranger.

La totalité des vols en provenance de l’étranger de toutes les compagnies aériennes affichent « complets » jusqu’à la fin du mois de juin et l’attente reste forte.

Même constat pour les vols au départ d’Algérie : une demande assez forte est constatée chez les différentes compagnies malgré les restrictions imposées aux Algériens de la part de nombreux pays. Il ne faut pas oublier qu’ils étaient quelque 31 000 demandeurs d’autorisation de sortie du territoire avant la réouverture des frontières pour différents motifs (soins, regroupement familial, travail et résidence à l’étranger).

Aujourd’hui, il est difficile de revenir en arrière et de refermer à nouveau les frontières. Une telle décision provoquerait beaucoup d’incompréhension et un fort mécontentement.

3- Une bouffée d’oxygène pour Air Algérie. Le secteur du transport aérien a été l’un des plus touchés par la crise à travers le monde. En Algérie, le trafic aérien régulier a été interrompu pendant 15 mois. L’activité a été réduite aux vols de rapatriement occasionnels pour Air Algérie. 

La compagnie aérienne algérienne a enregistré des pertes records en 2020. Ces derniers mois, Air Algérie envisageait même la possibilité de ne pas pouvoir payer ses employés, faute d’argent. La reprise des vols internationaux, même à un rythme très faible, va lui permettre de respirer sur le plan financier. 

CONTRE :

1- Le variant « Delta », une véritable menace. La situation sanitaire en Europe inquiète, en raison de la propagation du variant Delta (ex-indien). Une situation qui soulève le risque d’un rebond des contaminations dans plusieurs pays européens.

Cette hausse des contaminations intervient au moment où des voix s’élèvent en Algérie pour demander la fin du confinement obligatoire. Une telle décision serait à haut risque.

Or, sans levée du confinement obligatoire, il sera difficile d’augmenter le nombre de vols, ce dernier étant étroitement lié au nombre de lits disponibles dans les hôtels. 

2- L’Algérie reste en retard en matière de vaccination. En plus de la menace du variant Delta, l’Algérie est à la traîne dans le domaine de la vaccination.

Or, sans vaccination de masse, il est difficile d’envisager une ouverture plus importante des frontières et une hausse du nombre de vols.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus