1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Vols Air Algérie : lever le confinement obligatoire, une fausse bonne idée
Air Algérie

Vols Air Algérie : lever le confinement obligatoire, une fausse bonne idée

Les conditions d’entrée en Algérie dans le cadre du retour des Algériens de l’étranger continue de susciter une grande colère auprès de la diaspora. Le confinement obligatoire de 5 jours est la mesure la plus critiquée, pour son coût financier et sa logistique souvent remise en question.

Depuis quelques jours, la rumeur d’une annulation de ce confinement obligatoire ne cesse de circuler, renforcée par les déclarations de membres du comité scientifique. Ces derniers, parmi lesquels figure notamment le Dr Mohamed Bekkat Berkani, estiment que le confinement peut être supprimé au moins pour les passagers en provenance de pays avancés en matière de vaccination, comme la France, l’Espagne et l’Allemagne. Ils appellent par la même occasion à augmenter le nombre de vols.

La levée de la quarantaine permettrait à davantage d’Algériens basés à l’étranger, notamment en Europe, de revenir aisément en Algérie. Il ferait sans aucun doute le bonheur des Algériens souhaitant rentrer chez eux. Mais au-delà de l’aspect pratique, l’Algérie peut-elle se permettre d’annuler cette mesure qui lui permet actuellement de filtrer les visiteurs entrant dans le pays ?

Articles en Relation

Le variant Delta menace et inquiète en Europe

Les vols pour le rapatriement des Algériens vers l’Algérie sont principalement opérés depuis l’Europe. France, Espagne, Italie, Allemagne sont les premiers pays de départ des voyageurs algériens.

Si ces pays ont vu avec le début de l’été une baisse de cas et de décès liés au covid-19, ils restent encore très exposés à la pandémie. En effet, tous doivent faire face à la présence du variant Delta (ex-indien), beaucoup plus contagieux. Il est déjà présent dans de nombreux pays européens, malgré les progrès des campagnes de vaccination.

Articles en Relation

Très rapidement, cette mutation du covid a suscité une grande inquiétude : il est environ 60 % plus transmissible et est devenu majoritaire dans des pays comme le Royaume-Uni alors que le pays a massivement vacciné ses citoyens. Ce variant aurait d’ailleurs joué un grand rôle dans la 3e vague de covid qu’a connue la France.

L’allégement des contrôles en Algérie interviendrait à un moment encore critique. En Europe, la propagation du variant Delta est prise très au sérieux, quitte à remettre en place des restrictions. Le Portugal par exemple a fait le choix de confiner sa capitale durant les weekends, afin de limiter la circulation entre Lisbonne et le reste du pays.

Andrea Ammon, la directrice de l’agence européenne des maladies, estime que cet été ce variant pourrait largement circuler notamment au sein des publics jeunes. L’Algérie est d’autant plus vulnérable qu’elle ne dispose que de très peu d’armes pour se protéger : dans le pire des cas fermer à nouveau ses frontières, dans le meilleur des cas ne laisser passer aucun passager atteint du covid-19 et donc revenir à la case départ.

Une vaccination à la traîne en Algérie

Les Algériens qui ont recommencé à vivre une vie normale, restent toujours fragiles face à la menace que représente le covid-19. Le pays a été fermé sur lui-même pendant plus d’un an et un afflux important de voyageurs venant de l’étranger pourrait augmenter le risque de circulation du virus. L’Algérie est actuellement exposée à une légère hausse du nombre de cas, l’été arrivant, l’envie d’abandonner les gestes barrières est de plus en plus présente.

Par ailleurs, la vaccination en Algérie semble avancer lentement. Moins de 5% des Algériens ont été vaccinés. Les campagnes de vaccination sont peu efficientes. Le manque de stock et d’organisation ont été d’importants ralentisseurs dans la vaccination des Algériens.

De plus, les campagnes attirent peu de monde. Actuellement seuls les vaccins Spoutnik V et AstraZeneca sont disponibles. Or le premier n’est actuellement pas reconnu par de nombreux pays, dont la majorité au sein de l’Union Européenne. Les Algériens vaccinés avec le vaccin russe ne pourraient donc pas bénéficier des facilités d’entrée que propose l’Europe aux voyageurs vaccinés.

Pas de voyage en Europe pour les Algériens vaccinés au Spoutnik

Le chef du gouvernement italien Mario Draghi est venu enfoncer le clou ce vendredi. Il estime que le vaccin Spoutnik V pourrait ne jamais être reconnu par l’Agence Européenne des Médicaments (EMA).

En effet l’EMA s’est inquiété de certaines données incohérentes dans les résultats présentés par les Russes et semble tout faire pour laisser traîner cette autorisation de mise sur le marché européen.

Quelques études laissent à penser que des vaccins pourraient faire rempart au variant Delta, à savoir le Pfizer et Astrazeneca. Ce dernier vaccin, proposé en Algérie, serait efficace à 92% pour éviter une hospitalisation. Alors que pour les personnes qui ont déjà été contaminées par le covid-19, les anticorps développés suite à la maladie pourraient ne pas suffire à contrer le Delta.

Toujours plus de dépistage des voyages : une solution ?

Des pistes de réorganisation des mesures d’entrée en Algérie sont envisagées. Un double test de dépistage du covid-19 pourrait être mis en place. Un test PCR au départ et à l’arrivée en Algérie. Toutefois ce dispositif demanderait une importante organisation que les aéroports algériens ne pourraient sans doute pas se permettre.

Certains pays ont tenté ce modèle comme la Grèce qui a fait le choix de tests aléatoires à la sortie de l’avion. Toutefois seuls des tests aléatoires et non systématiques étaient envisageables, afin d’éviter une saturation des files d’attentes et un amassement de touristes dans une zone close.

Les aéroports algériens n’ont pas la capacité de gérer des foules aussi importantes. Connus pour les lenteurs de gestion de passagers en raison des contrôles de sécurité et des douanes, les aéroports risqueraient d’être débordés avec la mise en place de laboratoire dans les terminaux et la gestion des files d’attentes

Réadapter le confinement

D’autres solutions permettraient de reconsidérer le confinement, comme dispenser les personnes vaccinées ou l’imposer seulement pour les personnes venant des zones à risques comme le fait par exemple la Roumanie.

Mais là encore il est important de se rappeler qu’à l’heure actuelle aucune étude ne prouve que le vaccin empêche la transmission du covid-19. Les vaccins développés permettent d’éviter le développement des formes graves et de réduire les risques de contagion, mais des cas exceptionnels peuvent exister.

Le confinement : seule mesure qui fonctionne vraiment

Le confinement bien que contraignant reste la mesure qui fonctionne le mieux pour s’assurer qu’aucun porteur du covid-19 et ses variantes ne puisse entrer en Algérie. Les chiffres le disent : seuls cinq de contamination ont été détectés depuis le 1er juin.

Mais la forme de quarantaine actuellement proposée peut être améliorée. Le manque d’hôtels disponibles est le principal problème. L’augmentation du nombre de vols et donc de passagers ne permet pas de loger tout le monde dans les hôtels prévus pour la quarantaine. Dès le mois de juin les hôtels étaient saturés. De plus, le coût du confinement n’est pas accessible à tous financièrement et leur emplacement contraignant pour de nombreux voyageurs.

Sur les réseaux sociaux beaucoup d’Algériens demandent s’il est possible de choisir son hôtel de confinement. Dans cette question, nous détenons sans doute une réponse. Offrir la possibilité à tous les voyageurs de choisir son hébergement et le budget qu’il souhaite investir dans cette période d’isolement. Cette méthode permettrait sans doute à plus d’hôtels de proposer des formules sur mesure de confinement en fonction de leur public.

On sait que beaucoup d’hôtels ont refusé de faire partie de la liste des hébergements où se confiner afin de conserver une clientèle touristique. Peut-être faut-il réinventer une offre covid-19 pour gérer au mieux les nouveaux arrivants. Ainsi chaque voyageur pourrait choisir de se confiner au coût qu’il souhaite et à l’endroit où il le souhaite.

Prendre en compte le risque que représente la pandémie et faciliter le voyage d’Algériens qui souffrent depuis l’an dernier, est une réflexion qu’il est urgent de mener.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus