1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Air Algérie sollicite l’aide de l’État
Air Algérie

Air Algérie sollicite l’aide de l’État

Air Algérie, qui était déjà en difficulté depuis plusieurs années, a vu sa crise s’accentuer avec l’arrivée de la pandémie de covid-19.

La compagnie aérienne algérienne a dû clouer ses avions au sol pendant une longue période. Pendant quatorze mois, entre le 20 mars 2020 et le 1er juin 2021, l’activité d’Air Algérie était réduite aux opérations de rapatriement et au fret aérien.

Air Algérie : une reprise insuffisante 

Le 1er juin 2021, les frontières algériennes ont été partiellement rouvertes. Le trafic aérien régulier a repris selon un programme très réduit. Air Algérie opérait 9 vols par semaine seulement.

Articles en Relation

Les autorités ont fini par donner leur feu vert à une augmentation des liaisons aériennes. Depuis le 28 août dernier, le nombre de vols d’Air Algérie est passé de 9 à 32 dessertes chaque semaine dont 24 avec la France.

Malgré l’ajout de ces vols, la compagnie aérienne nationale demeure en très grosse difficulté au niveau de sa trésorerie. Selon des chiffres officiels, les pertes de la compagnie s’élevaient à 40 milliards de dinars en 2020. Un chiffre qui devrait se creuser pour 2021. Air Algérie doit aussi rembourser des centaines de milliers de billets annulés en raison de la pandémie.

Articles en Relation

La situation d’Air Algérie fait l’objet d’une réflexion au sommet de l’État. Les pouvoirs publics visent à revoir le mode de gestion de la compagnie aérienne nationale qui a montré ses limites depuis un bon moment déjà. Mais, pour l’instant, rien de concret.

Une réunion s’est tenue le jeudi 9 septembre entre le ministre des Transports Aissa Bekai et le directeur général par intérim d’Air Algérie, Amine Mesraoua en présence de cadres du département ministériel et de l’entreprise étatique, selon un communiqué du ministère des Transports publié ce samedi.

Articles en Relation

Le DG par intérim d’Air Algérie a présenté un rapport sur la situation organique, opérationnelle et financière de la compagnie. Lors de cette réunion, il a été question du plan d’action d’Air Algérie après l’augmentation du nombre de vols qui a contribué à alléger la pression sur les vols internationaux.

Air Algérie a besoin de l’État 

Du côté des dirigeants d’Air Algérie, le constat est clair : certaines charges ne peuvent pas être diminuées telles que la masse salariale, la maintenance des avions et les dépenses en devises. 

En tenant compte de la baisse mondiale du trafic, les perspectives de développement et l’avenir de la compagnie sont compromis, selon le compte-rendu du communiqué du ministère des Transports.

C’est dans cette optique que la compagnie a sollicité l’aide financière de l’État pour faire face à toutes ses charges qui la maintiennent en état opérationnel, ajoute la même source.

Le ministre des Transports a promis d’œuvrer pour permettre à Air Algérie de récupérer son dû auprès du ministère des Finances notamment celui des vols domestiques subventionnés par l’État.

Dans un autre registre, Aissa Bekai a invité les dirigeants d’Air Algérie à redoubler d’efforts afin d’améliorer les performances de la compagnie à travers la modernisation de ses services et la numérisation de ses structures. Il s’est montré satisfait des mesures prises pour favoriser la création de filiales spécialisées notamment dans le domaine de la maintenance très coûteuse en devise.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus