1. Accueil
  2. Compagnies Aériennes
  3. Air France : un ex-pilote d’Air Algérie accusé de radicalisation
Compagnies Aériennes

Air France : un ex-pilote d’Air Algérie accusé de radicalisation

C’est une accusation très lourde tant sur le plan professionnel qu’humain : un Algérien, pilote d’Air France, s’est vu retirer son habilitation à exercer son métier par la préfecture de police de Paris, pour motif de radicalisation.

D’après le journal Le Parisien qui rapporte les faits ce lundi 21 février, l’homme né en France a fait ses premiers pas dans le monde aérien en 2005. D’abord en qualité de stagiaire, il a ensuite gravi les échelons jusqu’à atteindre le poste très prisé de pilote de ligne chez Air Algérie, puis au sein de la compagnie Hop, filiale d’Air France, qu’il a rejoint en 2018. Alors qu’il s’apprêtait à intégrer la maison mère, le pilote d’origine algérienne a vu ses ambitions et 15 ans de carrière voler en éclat.

Suite à des soupçons de radicalisation, il est mis au placard, ne peut plus accéder aux aérodromes, ne peut plus faire voler un avion. Le jeune homme nie fermement les faits qu’on lui reproche et décide de se défendre, fort du soutien de la majorité de ses collègues. Il saisit le tribunal administratif de Seine Saint Denis pour contester la décision de ses supérieurs qu’il juge injuste.

Des accusations sans fondement

L’affaire passe en justice ce lundi 21 février, et les preuves reposent notamment sur la fréquentation du jeune pilote d’un ancien collègue d’Air Algérie qui serait « connu pour sa pratique rigoriste de l’islam ». Aucune source n’est mentionnée, on le soupçonne simplement d’une pratique de la religion musulmane en contradiction avec les valeurs de la République française.

Une « note blanche » s’ajoute au dossier : présentée devant le tribunal, celle-ci contient des documents émanant des services de renseignement qui auraient ouvert une enquête sur lui. On y explique qu’il effectue ses prières à l’heure, ainsi que le jeûne du Ramadan, même pendant ses heures de vol et au détriment de la sécurité dont il doit être le garant.

Des témoignages de collègues apeurés ne souhaitant plus travailler à ses côtés sont également évoqués. Or, le directeur des opérations aériennes de Hop certifie dans un courrier envoyé au tribunal, qu’aucun personnel navigant n’a fait de demande allant dans ce sens.

L’avocat du jeune pilote d’origine algérienne n’hésite pas à parler de dénonciation calomnieuse et d’une « mise à mort professionnelle ». Les attestations de moralité provenant de ses collaborateurs sont nombreuses. Tous confirment son professionnalisme exemplaire, loin d’une quelconque mouvance radicale. Son avocat, rapporte le Parisien, décrit « un pilote professionnel de talent (…), respecté et respectueux de tous, aux antipodes de toute espèce de comportement rigoriste d’une religion qu’il pratique de manière parfaitement modérée ».

Il démonte point par point chaque élément à charge du dossier, qui ne repose sur aucune preuve concrète, ainsi que la note blanche qui avance des faits non avérés. Il plaide pour son client la suspension de la décision de retrait d’habilitation, le jugement sera bientôt rendu.

 

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus