1. Accueil
  2. Compagnies Aériennes
  3. Algérie, Maroc, Tunisie : les vols ne seront pas si chers cet été
Compagnies Aériennes

Algérie, Maroc, Tunisie : les vols ne seront pas si chers cet été

La reprise d’une grande partie du trafic aérien cet été fait craindre une explosion des prix des billets d’avion. La période estivale est habituellement très coûteuse pour les voyages. Est-ce que l’accroissement de la demande des voyageurs frustrés de ne pas avoir voyagé depuis des mois voire depuis plus d’une année vont-ils les faire augmenter ?

Peut-être pas, au contraire les billets d’avion pourraient se maintenir à des prix raisonnables.

Les mêmes billets qu’en 2019

L’annonce des prix moyens des vols opérés par Air Algérie pour la reprise des vols à partir du 1er juin ont choqué l’opinion publique. Pourtant, ils ne sont pas plus chers que ceux proposés avant la pandémie.

Actuellement, le vol Paris – Alger en aller-retour, hébergement de cinq jours pour la quarantaine compris, est à 719 euros. Il est à 592 euros au départ de Marseille.

Le prix élevé des billets d’avion durant l’été était déjà une problématique majeure avant la fermeture des frontières.

Dans l’annonce officielle des prix des vols Air Algérie, on découvre qu’en déduisant le prix des tests avec confinement à l’hôtel qui est de l’ordre de 33 000 dinars algériens, les tarifs des billets ne sont pas très éloignés de ceux de 2019. Un Paris – Alger revient à 518 euros. Marseille – Oran est à 391 euros et Barcelone – Alger à 317 euros, toujours en aller-retour.

La forte demande estivale d’avant covid-19 impliquait déjà des prix bien plus élevés qu’en saison basse.

Des prix similaires à ceux de 2019

Si l’on ne sait pas encore si les vols commerciaux reprendront cet été depuis et vers l’Algérie, on peut avoir un aperçu des prix qu’ils pratiqueraient en moyenne. En faisant un comparatif par le biais du comparateur Google Flights, on découvre par exemple qu’en juillet, un Alger-Barcelone est estimé en moyenne à 140 euros et un Barcelone-Alger entre 140 et 300 euros, avec la compagnie espagnole Vueling.

Un Alger-Paris oscille entre 300 et 600 euros et un Paris-Alger atteint facilement les 500 euros, avec d’autres compagnies aériennes comme ASL Airlines, Air France ou encore Transavia. Les prix sont certes excessifs, mais pas plus qu’en 2019. Cela était d’ailleurs une plainte récurrente de la diaspora algérienne, qui déjà avait du mal à financer ses voyages vers son pays d’origine.

En réalité, seul le mois de juin propose des prix plus élevés qu’habituellement, en raison de la ruée vers les premiers billets d’avion. Mais à partir du mois de juillet, les billets retrouveront leurs tarifs habituels. Par ailleurs, ce sont surtout les vols vers l’Algérie qui sont coûteux mais pas forcément pour en sortir.

Au Maghreb, même constat

Si nos voisins marocains maintiennent pour le moment la fermeture de leurs frontières, en raison de l’état d’urgence instauré jusqu’au 10 juin, ils pourraient relancer les vols touristiques vers leur pays dès cet été.

De même, dans les comparateurs de vols on peut voir que les multiples compagnies aériennes notamment les low-cost maintiennent leurs prix habituels. Dans le cas où les vols seraient à nouveau autorisés, un Paris-Casablanca en juillet est de l’ordre 150-250 euros.  Un Alger-Casablanca est estimé à 250 euros le billet.

Pour les départs depuis Tunis, on observe un maintien des prix habituels. Un Tunis-Alger coûte en moyenne entre 150 et 250 euros, avec Tunisair ou Air Algérie, comme le prévoit l’augmentation habituelle du tourisme entre les deux pays à cette période. Un vol entre Tunis et Paris, dans les deux sens, sera estimé, en moyenne, à 250-280 euros.

Hors Algérie, des vols encore accessibles

Autre constat, si les départs depuis et vers le Maghreb peuvent être coûteux, d’autres régions très visitées par les Maghrébins maintiennent des prix corrects. Par exemple, si vous êtes détenteurs d’un visa Schengen, vous pourrez circuler dans toute l’Europe à des prix corrects.

Des comparateurs de billets d’avion interviewés par le média BFM TV affirment qu’au contraire les tarifs n’ont pas encore augmenté, ils seraient même plus faibles que durant l’été 2019. Les craintes de réserver des billets d’avion en avance et le risque perpétuel d’une annulation des vols n’a pas poussé les voyageurs à acheter des billets en masse. Il reste donc encore des billets à bas prix, en revanche on peut imaginer qu’à la dernière minute, seules les classes supérieures avec des prix bien plus élevés seront disponibles.

L’information confirme qu’en réalité ce qui ajoutera un coût conséquent à vos futurs voyages d’été ce sont toutes les démarches supplémentaires à opérer dans le cadre sanitaire pour se protéger du covid-19. En effet, la plupart des pays exigent de pratiquer un test PCR pour s’assurer que vous n’êtes pas porteur du virus. Ils sont majoritairement payants, avec un coût variant entre 20 et 150 euros le test en fonction des pays.

En outre, les voyageurs non vaccinés devront éventuellement observer une quarantaine à leurs propres frais, dont le montant est parfois plus élevé que le billet d’avion. Ce ne sont finalement pas les mesures commerciales des compagnies aériennes qui vous ruineront le plus mais plutôt les politiques sanitaires de chaque pays.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus