1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Algériens bloqués à Roissy : ils ont cherché à faire « pression sur les autorités »
Air Algérie

Algériens bloqués à Roissy : ils ont cherché à faire « pression sur les autorités »

Cela fait plus de deux mois que des ressortissants algériens sont bloqués dans la zone internationale de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle.

Arrivés le 26 février de Londres, ils ont été empêchés d’embarquer à bord des derniers vols de rapatriement de la compagnie Air Algérie en raison de l’apparition de premiers cas du variant anglais en Algérie.

Depuis, un bras de fer s’est engagé entre les deux parties. Les autorités algériennes et Air Algérie ont proposé de prendre en charge le retour à Londres des 27 voyageurs. Ces derniers ont refusé, exigeant qu’ils soient rapatriés en Algérie.

Quatre Algériens sont toujours à Roissy

Saisi par les voyageurs algériens bloqués, la justice française a donné raison à Air Algérie. Le tribunal a retenu le cas de « force majeure ». Il a estimé que la compagnie aérienne n’a fait qu’appliquer la décision des autorités algériennes de fermer les frontières.

Après plusieurs semaines d’attente et face au blocage de la situation, la majorité des voyageurs ont quitté la zone internationale de l’aéroport de Roissy avant le Ramadan. Actuellement, ils ne sont plus que quatre ressortissants algériens à attendre un éventuel rapatriement, selon l’agence AFP qui cite les autorités aéroportuaires.

L’affaire a pris également une tournure politique aussi bien en Algérie qu’en France. Des appels ont été lancés par des personnalités politiques et des élus pour qu’une solution soit rapidement trouvée. En vain.

Mardi 13 avril, premier jour du Ramadan, le député français Aurélien Taché, a voulu leur rendre visite, mais il a été empêché d’accéder à la zone internationale de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle sur décision du préfet de police de Paris.

Les arguments de la justice française

Le député a saisi la justice pour contester cette décision. Mais il a été débouté, mardi 27 avril. Pour le tribunal, les ressortissants n’ont pas été retenus de force à l’aéroport. Ils ont choisi de rester dans la zone internationale afin de « faire pression sur les autorités algériennes ».

Selon le référé du tribunal administratif de Paris, dont des extraits ont été publiés par la Préfecture de police de Paris, les voyageurs algériens « ont refusé la proposition faite par la compagnie Air Algérie de les acheminer vers un nouveau pays de destination et restent, selon les écritures du préfet de police, de leur plein gré dans la zone de transit international dans le but de faire pression sur les autorités algériennes afin de pouvoir se rendre en Algérie ».

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus