1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Algériens bloqués à Roissy : la crise prend de l’ampleur
Air Algérie

Algériens bloqués à Roissy : la crise prend de l’ampleur

L’affaire des 27 voyageurs algériens bloqués depuis fin février en zone internationale de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle se durcit. Les autorités algériennes refusent de laisser entrer les voyageurs en Algérie. Ces derniers refusent de repartir à Londres, comme il leur a été proposé.

Ce mardi, le gouvernement algérien a réagi pour la première fois. Ammar Belhimer, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, a confirmé que la décision a été prise par les autorités algériennes après l’apparition en Algérie de cas de variants britanniques du covid-19.

Le porte-parole du gouvernement a réitéré la proposition faite aux 27 voyageurs bloqués : repartir à Londres en attendant la réouverture des frontières. Air Algérie prendrait en charge les billets d’avion entre Paris et Londres. Ce que les voyageurs bloqués à Roissy ont déjà refusé.

Action en justice contre Air Algérie

Pour Dr Bekkat Berkani, membre du comité scientifique, les voyageurs bloqués représentent toujours un risque sanitaire. « Bien qu’ils ne présentent pas de symptômes ou des signes du coronavirus, il faut savoir qu’ils n’étaient pas dans un endroit isolé. Un aéroport, c’est un lieu public. Ils utilisaient des sanitaires publics, etc. », a-t-il expliqué dans un entretien à visa-algerie.com.

Pour leur part, les voyageurs bloqués ont décidé de saisir la justice française. Ils se sont attachés les services de deux avocats, Me Karima Hadj Said et Me Alexandre André. L’affaire devait être plaidée ce mardi selon la procédure du « référé-liberté ».

Dans des déclarations à Mediapart, Me Alexandre André a accusé Air Algérie d’avoir « floué » ses clients. Selon lui, la compagnie a vendu les billets des 27 voyageurs bloqués à d’autres personnes.

« Personne ne se sent concerné, Air Algérie et les autorités algériennes se rejettent la balle », dénonce, pour sa part, Me Karima Hadj Said, dans des déclarations au Figaro ce mardi.

Une crise « administrative et diplomatique »

En France, l’affaire est fortement médiatisée. Elle commence à susciter des réactions. Le groupe Aéroports de Paris (ADP), qui gère l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, évoque, ce mardi, une « situation inédite ».

Dans des déclarations au journal Le Figaro, ADP estime que les 27 voyageurs ne peuvent être laissés « dans un telle situation ».  Le groupe français évoque une crise à la fois « administrative et diplomatique ». « À ce stade, c’est aux autorités françaises, anglaises et algériennes de statuer », estime-t-il.

Interrogé par Le Figaro, le ministère français des Affaires étrangères a affirmé multiplier les démarches pour aboutir à une solution. Mais, les passagers étant présents en zone de transit international, l’action des autorités françaises est limitée, rappelle le média français.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus