1. Accueil
  2. Visas et Immigration
  3. Assouplissement des règles d’obtention de la carte bleue européenne
Visas et Immigration

Assouplissement des règles d’obtention de la carte bleue européenne

Un accord provisoire a été trouvé entre des représentants de la présidence du Conseil de l’Union européenne et du Parlement européen afin de modifier les règles régissant le permis de travail de l’UE destiné aux travailleurs qualifiés en provenance de pays-tiers, connu sous le nom de « carte bleue », rapporte ce jeudi le site SchengenVisaInfo.

La réforme a pour objectif de rendre la « carte bleue », équivalent européen de la célèbre « green card » américaine, plus attrayante pour les travailleurs étrangers hautement qualifiés.

« La transformation verte et numérique de nos économies ne réussira que si nous disposons d’une main-d’œuvre dotée des compétences nécessaires pour la diriger. L’éducation et la formation tout au long de la vie y joueront un rôle clé, mais nous devons également nous assurer que nous sommes équipés pour être compétitifs dans la recherche mondiale de talents », a déclaré dans ce contexte le ministre de l’Intérieur portugais, Eduardo Cabrita.

Reconnaissance des compétences professionnelles

Appelées à remplacer celles existantes, les nouvelles règles devraient introduire une série de changements au système en place, avec notamment l’assouplissement des conditions d’obtention de la carte bleue.

Ainsi, le seuil de salaire sera réduit entre 1 et 1,6 fois par rapport au salaire annuel brut moyen dans l’État membre concerné, ce qui rendra la carte bleue plus accessible notamment pour les jeunes diplômés et les professions en pénurie d’employés. En outre, la durée minimum du contrat de travail proposé devrait être réduite à six mois, précise la même source.

Les nouvelles règles prévoient également de faciliter la reconnaissance des compétences professionnelles pour les professions du secteur des technologies de la communication et de l’information (TIC). Les candidats ayant une expérience professionnelle équivalente à un diplôme de l’enseignement supérieur pourront notamment postuler.

Possibilité de changer d’emploi

La réforme de la « blue card » devrait également faciliter à ses titulaires le mouvement au sein des pays-membres de l’UE. Ainsi, un titulaire de la carte bleue et sa famille pourront déménager dans un autre État-membre seulement douze mois après leur arrivée à l’UE. En outre, les différentes périodes d’emploi effectuées dans différents États-membres devraient désormais être prises en compte dans l’accès à une carte de résidence longue durée au sein de l’UE.

Les nouvelles règles introduisent également la possibilité pour un étranger titulaire de la carte bleue de changer d’emploi durant la première année de son arrivée, n’ayant comme exigence que de compléter un nouveau test du marché du travail s’il souhaite changer de poste ou d’employeur. Le titulaire d’une carte bleue n’aura qu’à notifier par la suite les autorités de son changement de situation professionnelle.

« Les travailleurs migrants contribuent déjà de façon importante à l’économie de l’UE. Mais notre société qui rétrécit et vieillit signifie que nous devons continuer à attirer des compétences et des talents de l’étranger », a expliqué dans ce cadre la commissaire aux affaires intérieures, Ylva Johansson.

L’accord devra néanmoins être validé par le Conseil de l’UE et le Parlement européen avant d’espérer entrer en vigueur. Une fois adopté, les États-membres auront deux ans pour adapter les règles à leurs lois nationales, précise SchengenVisaInfo.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus