1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Attestation d’entrée exceptionnelle en Algérie : faut-il la supprimer ?
Air Algérie

Attestation d’entrée exceptionnelle en Algérie : faut-il la supprimer ?

Alors que la nouvelle opération de rapatriement a débuté vendredi 4 décembre, avec la programmation d’une trentaine de vols de et vers plusieurs pays, le flou persiste toujours sur les critères pour figurer sur les listes des rapatriés.

Dans un communiqué publié la semaine dernière, Air Algérie avait annoncé que les opérations de rapatriement allaient concerner, en plus des Algériens bloqués par la pandémie, les « voyageurs souhaitant regagner le pays pour des raisons exceptionnelles d’urgences notamment d’ordre sanitaire, humanitaire ou en cas de force majeure à caractère professionnel ou économique ».

Les personnes concernées doivent prendre attache avec le ministère de l’Intérieur pour avoir une « Attestation d’entrée exceptionnelle en Algérie ».

Mais ce document, utilisé depuis maintenant quelques mois sur les vols Air France et ASL Airlines entre la France et l’Algérie, est décrié sur les réseaux sociaux. Des Algériens bloqués à l’étranger revendiquent le droit d’entrer au pays sans avoir à demander une quelconque autorisation.

Air Algérie : une « autorisation » qui suscite la polémique

Cette position est partagée par la députée de l’émigration pour la zone Afrique du Nord et Moyen-Orient. Amira Slim a révélé, ce dimanche 6 décembre, avoir adressé une requête au Premier ministre Abdelaziz Djerad lui demandant la suppression pure et simple de ce document.

Pour la parlementaire, le gouvernement doit se contenter d’un test PCR négatif pour les entrées et sorties du territoire nationale arguant que les autorisations relèvent de la bureaucratie.

Il faudrait, selon Amira Slim, permettre à tout Algérien désirant de regagner le territoire national de le faire sans fixer de priorités.

Voyages vers l’Algérie : est-il vraiment possible de supprimer ce document ?

À cette question, le député Noreddine Belmeddah, répond par la négative. Dans une déclaration à visa-algerie.com, l’élu, très actif depuis plusieurs semaines sur ce dossier, est formel : affirmer qu’il faut supprimer l’autorisation d’entrée en Algérie, « c’est faire du populisme ».

Pour appuyer son argument, il met en avant l’incapacité actuelle des autorités à gérer une arrivée massive d’Algériens de l’étranger.

Il faudrait, selon Noreddine Belmeddah, « réguler le rapatriement par priorité comme c’est le cas actuellement ». « Pour les personnes qui ne répondent pas aux critères de priorité, ce document est là pour permettre au ministère de l’Intérieur de juger au cas par cas pour décider qui doit rentrer au pays », explique-t-il.

Pour les ressortissants qui ne se trouvent pas en cas d’urgence ou en cas de force majeure comme mentionné dans le communiqué d’Air Algérie, il faudra attendre le rapatriement des cas prioritaires. De leur côté, les autorités publiques ne se sont pas prononcées à propos de ce document qui fait débat sur les réseaux sociaux.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus