1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Augmenter le nombre de vols Air Algérie : les arguments pour et contre
Air Algérie

Augmenter le nombre de vols Air Algérie : les arguments pour et contre

Un mois et demi après la réouverture partielle des frontières algériennes, le gouvernement allège le dispositif sanitaire pour certaines catégories de voyageurs.

Trois catégories de voyageurs algériens vaccinés sont désormais exemptées du confinement obligatoire de cinq jours dans les hôtels. Elles représentent entre 25% et 30% du total des voyageurs.

C’est autant de places qui seront libérées dans les hôtels qui accueillent les voyageurs confinés, ouvrant la voie à une hausse du nombre de vols commerciaux internationaux vers l’Algérie.

Actuellement, Air Algérie et huit compagnies aériennes étrangères assurent une quinzaine de vols hebdomadaires vers trois aéroports algériens (Alger, Oran et Constantine). Mais l’offre est insignifiante au regard de la demande.

Depuis plusieurs jours, la pression est très forte sur le gouvernement pour augmenter les vols. Les autorités doivent-elles répondre favorablement à ces demandes ? Voici les arguments pour et contre une hausse du nombre de vols.

POUR. Les contaminations parmi les voyageurs sont très faibles

Tout le monde, y compris les membres du comité scientifique, s’accordent à le dire : la réouverture des frontières n’est pas responsable de la flambée actuelle des cas de covid-19 en Algérie.

Sur les 22.000 passagers confinés depuis le 1er juin, seuls 9 cas de contaminations au covid-19 ont été enregistrés. Un chiffre dérisoire.

Autre chiffre encourageant : 80% des passagers accueillis, qui viennent essentiellement d’Europe, sont vaccinés.

POUR. Le nombre de vols vers l’Algérie est très faible

Avec une quinzaine de vols par semaine, soit une moyenne de deux par jour, l’Algérie dispose d’une importante marge pour augmenter le nombre de dessertes, tout en maintenant le protocole sanitaire actuel.

POUR. L’épidémie est partie pour durer encore plusieurs mois…

Les experts algériens le disent depuis plusieurs semaines : il faut apprendre à vivre avec le virus. L’épidémie de covid-19 est partie pour durer encore plusieurs mois. Les pays européens et du voisinage de l’Algérie commencent à s’ouvrir.

L’Algérie ne peut pas maintenir ses frontières fermées pour encore de longs mois, au risque d’augmenter le mécontentement de la population. Sans compter les coûts élevés pour l’économie.

Pour les experts, il faut ouvrir progressivement en mettant en place un protocole sanitaire strict.

CONTRE. Les risques que représentent les différents variants

Partout à travers le monde, les voyages sont sources d’inquiétude. Dès qu’un pays représente un risque élevé, il est placé sur la liste rouge et les voyageurs contrôlés et placés en quarantaine.

En Algérie, les autorités sanitaires redoutent l’importation de nouveaux variants qui provoqueraient une explosion des contaminations. L’exemple de la Tunisie, qui a ouvert ses frontières, est souvent cité pour expliquer les réticences à augmenter le nombre de vols.

CONTRE. Les contaminations sont reparties à la hausse en Algérie

Depuis plusieurs jours, l’Algérie est confrontée à une explosion du nombre de contaminations au covid-19, avec un record de 1 197 nouveaux cas enregistrés vendredi 16 juillet.

CONTRE. L’Algérie est en retard dans sa campagne de vaccination

Pour lutter contre les variants, une seule solution : vacciner un maximum de personnes. Or, l’Algérie est en retard en matière de vaccination. Augmenter le nombre de vols sans accélérer la vaccination risque de produire des effets désastreux, estiment certains experts.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus