1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. Bagages en avion : polémique autour des balises AirTags
Voyages et Tourisme

Bagages en avion : polémique autour des balises AirTags

Le risque de perte des bagages en avion est l’une des angoisses des passagers lors d’un voyage. Depuis la reprise des vols post-Covid, le phénomène s’est nettement accentué, ce qui a poussé les passagers à adopter des systèmes pour pouvoir pister leurs valises en cas de perte.

La reprise du trafic aérien après deux ans de blocage est intervenue sur fond de grèves et de mouvements sociaux des employés des aéroports et des compagnies aériennes. De plus, le secteur aérien a été confronté à de graves pénuries de personnels.

Pertes de bagages : les aéroports et les compagnies pointés du doigt

Résultats des comptes, les flux de passagers ont suscité d’énormes situations de chaos dans les aéroports et dans la gestion des bagages. Rien qu’en France, pas moins de 35 000 bagages ont été perdus ou ont manqué leur départ à l’aéroport de Roissy en juin dernier. À ce jour, un bon nombre de ces bagages n’ont pas été retrouvés.

Face à une telle situation, les passagers qui ont perdu confiance avec les compagnies et les aéroports ont adopté des réflexes pourtant justifiés en essayant de prendre les choses en main. Un petit gadget informatique a fait son apparition dans le monde des voyages. Il s’agit de l’AirTag, un petit dispositif développé par Apple.

À la base, cette balise de la taille d’une pièce de monnaie est conçue pour permettre de retrouver les clés ou les portefeuilles égarés dans un rayon de 10 m via un signal Bluetooth. Sur les plus longues distances, parfois dans un autre pays, le dispositif se sert du réseau internet pour indiquer la localisation.

Traçabilité des bagages : Lufthansa interdit les AirTags d’Apple

Et c’est ainsi qu’il a été adopté par les passagers pour retracer leurs bagages s’ils sont perdus ou envoyés par erreur vers une autre destination. D’ailleurs, de nombreux passagers ont témoigné avoir retrouvé, ou du moins localisé leurs valises égarées grâce cette balise glissée dans leurs bagages en soute. Pourtant, une compagnie en a interdit l’usage.

S’appuyant sur les recommandations de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), la compagnie allemande Lufthansa a qualifié ces appareils comme dangereux, obligeant les passagers à les éteindre avant de les placer dans la soute.

Sur Twitter, la compagnie a assuré en réponse à un internaute qu’elle a « interdit les AirTags activés dans les bagages, car ils sont classés comme dangereux et doivent être désactivés ». Selon elle, l’émission de fréquences perturberait le bon fonctionnement des avions.

Depuis, la polémique enfle à ce sujet et des spécialistes ont remis en cause les prétextes avancés par Lufthansa. Selon le site AppleInsider, cité le 10 octobre par Bfmtv, les arguments de la compagnie ne sont pas recevables.

Les AirTags avivés sont-ils vraiment dangereux pour l’avion ?

De prime abord, la réglementation invoquée par la compagnie aérienne ne s’appliquerait qu’aux appareils plus imposants, tels que les MacBook. En effet, un AirTag n’est pas doté d’une batterie lithium-ion, visée par la réglementation, mais uniquement une pile bouton.

De plus, en suivant le raisonnement de Lufthansa, même les montres connectées, qui utilisent le même type de cellules, devraient, elles aussi, être interdites, alors qu’elles ne le sont pas. En tout état de cause, des experts estiment que l’interdiction est peut-être liée à l’embarras de Lufthansa lors des pertes de bagages équipés d’un système de géolocalisation.

Car de nombreux passagers ont affirmé sur les réseaux sociaux, captures d’écran à l’appui, qu’ils ont localisé leurs bagages perdus parfois dans des destinations lointaines. Ceci met clairement en cause le suivi des compagnies et leurs communications à propos des bagages perdus.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus