1. Accueil
  2. Lieux, Plats et Traditions
  3. Biskra Palms, ce projet en Californie inspiré de la ville algérienne
Lieux, Plats et Traditions

Biskra Palms, ce projet en Californie inspiré de la ville algérienne

Biskra aurait pu avoir sa sœur jumelle en Californie. Ne soyez pas étonnés, cette information insolite est pourtant bien réelle. The Press Enterprise, un journal américain local qui couvre l’actualité de la Californie, raconte, ce jeudi 22 avril, dans ses colonnes cet étrange projet.

Dans la vallée de Coachella, en Californie, se trouvent des milliers de palmiers dressés au milieu d’un désert rocheux qui rappellent étrangement le sud algérien. A cet endroit précis, des riches investisseurs auraient souhaité ériger une cité moderne fortement inspirée de Biskra, relate le média américain.

Le projet était alors porté dans les années 1920 par Charles H Jonas, un promoteur fasciné par le désert algérien. Il a même publié sa vision à travers un ouvrage nommé « Une interprétation du désert américain à la manière algérienne », à destination des potentiels investisseurs.

Articles en Relation

Dans ce document d’archive il y compare le charme de Biskra et de la Coachella Valley. Pour lui, les deux vallées ont la même la même « topographie montagneuse » ou encore « délicieuse météo », « une très belle collection de palmiers » qui d’ailleurs aurait été importée du sud algérien. Il assure à ce moment que ce territoire américain est le « nouveau Biskra ».

« La romance et la magie de Biskra » en Californie

Charles H Jonas propose un projet fou, celui de ramener « la romance et la magie de Biskra » en Californie pour en faire un haut-lieu de tourisme et de randonnée. Pour ce faire, l’oasis algérienne sera la principale source d’inspiration.

Articles en Relation

« Les investisseurs ont même fait les frais d’envoyer leur architecte principal, Mark C. Daniels, en voyage en Algérie pour étudier l’architecture saharienne », précise le journal américain.

L’architecte américain est d’ailleurs époustouflé par le charme du sud algérien. A son retour il confie à Charles H Jonas que « Biskra sera la station touristique la plus exceptionnelle des Etats-Unis ».

Le promoteur veut le même système de commerces en forme de « souk », proposant des produits orientaux pour finaliser l’exotisme du lieu. Au cœur de cette cité devait se dresser un hôtel, qui rendrait hommage à l’architecture du Sahara.

Le projet est ambitieux et la communication est faste. Avant d’entamer la construction, on met tout en scène pour convaincre plus d’investisseurs de s’engager dans le projet d’une deuxième Biskra, quitte à reconstituer une ambiance saharienne au sein de la vallée américaine, avec des tentes « de style arabe » précise The Press Enterprise.

Biskra Palms, seulement un vieux rêve américain

Les rêves de Charles H Jonas auraient presque pu se concrétiser. Sa formule fonctionne puisque le promoteur trouve les fonds pour ce projet. Toutefois le chantier ne se déroule pas comme prévu. Trop lent, trop compliqué, il finira par être achevé par le krach boursier et la crise de 1929. La Biskra américaine meurt en raison d’une crise financière.

Si l’oasis californienne qui ressemble tant à notre chère Biskra n’a pas été achevée, elle a conservé le nom de la ville algérienne, du moins communément on nomme cette partie de la vallée ainsi.

Au niveau des Indio Hills, est née Biskra Palms pour sa ressemblance à la cité algérienne. Des randonneurs américains apprécient de s’y promener et de se dire qu’en roulant au sein même de leur pays, ils ont aperçu un peu d’Algérie.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus