1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. Conduire en Tunisie avec un permis étranger : nos conseils
Voyages et Tourisme

Conduire en Tunisie avec un permis étranger : nos conseils

Après deux années difficiles, la Tunisie renoue cet été avec les arrivées massives de touristes internationaux. Certains sillonneront le pays en voiture.

Les touristes véhiculés doivent prendre en considération certaines données liées au code de la route et au stationnement interdit dans les routes de Tunisie.

Permis de conduire et âge minimum pour conduire en Tunisie

Pour conduire une voiture en Tunisie, le conducteur doit avoir au minimum 18 ans. Par contre, l’âge minimum autorisé pour louer une voiture est de 22 ans et le conducteur doit posséder un permis de conduire d’une ancienneté de 2 ans au moins.

Le permis de conduire français est valable en Tunisie pour un séjour n’excédant pas un an. Au-delà d’un an, il faut échanger le permis français contre un permis tunisien qui est soumis à des frais de dossiers de 20 DT (6,20€) à payer auprès de l’ATTT, l’Agence Technique des Transports Terrestres.  Il est conseillé de conduire sur place avec un permis de conduire international délivré facilement dans le pays d’origine ou sur Internet.

Rappelons qu’en Tunisie, les véhicules roulent du côté droit, les panneaux de signalisation sont écrits en français et en arabe et sont claqués sur le modèle européen. Le port de la ceinture de sécurité est obligatoire pour le conducteur et le passagers assis devant, à défaut il faudra payer 40 DT (12,80 €).

Conduire en Tunisie : attention au Sabot et « Chenguel »

Il faut bien l’avouer, le sabot (une sorte d’accessoire de couleur jaune ou rouge que les employés municipaux appliquent sur une roue pour la bloquer) et le « chenguel » (la grue de remorquage qui ramasse les voitures mal garés) sont les bêtes noirs des conducteurs en Tunisie.

Au niveau du grand Tunis, surtout la capitale Tunis, Les Berges du Lac 1 et lac 2 mais aussi dans les grandes villes comme Hammamet, Sousse, Nabeul et Sfax, le conducteur peut avoir affaire à ces formes de pénalisations des usagers de la route qui sont assez contraignantes.

Il faut veiller à payer l’horodateur (1,1 DT / Heure) dans la rue où il est installé et le chercher quand on s’arrête au niveau de trottoirs marqués de peinture rouge et blanche ou bleu.

Il se pourrait que le véhicule du « Chenguel » remorque une voiture mal stationnée, vers le parking municipal le plus proche. Le conducteur devra s’y déplacer à ses propres frais pour délivrer sa voiture moyennant 45 DT. Sinon, le conducteur sera obligé de payer une amende entre 20 et 35 DT, si on lui applique un sabot sur la roue de sa voiture.

Le réflexe à avoir c’est de toujours demander autour de soi avant de quitter sa voiture si une grue de remorquage est fonctionnelle dans la région, ou bien choisir un parking gardé et payer dès l’entrée.

Respect de la limite de vitesse et des radars mobiles en Tunisie

Le Code de la route tunisien est presque identique au code de la route de la France et de l’Algérie notamment concernant la limitation des vitesses. En Agglomération, la vitesse est fixée à 50 km/h. Hors agglomération, elle est limitée à 90 km/h et 110 km/h sur autoroute.

Si la limite de vitesse n’est pas respectée, le conducteur est généralement pénalisé selon la vitesse de dépassement enregistrée. Cela va de 20 DT pour un dépassement de moins de 10 km/h et peut atteindre jusqu’à 60 ou 80 DT pour un dépassement de plus de 20km/h. Plusieurs radars fixes sont installés surtout au niveau des autoroutes et flashent les automobilistes, au hasard.

Les visiteurs, de retour sur le sol tunisien, vont remarquer qu’au bout de 2 ans, les prix des amendes routières ont augmenté. Ils doivent être vigilants aussi, car plusieurs endroits, notamment à Sidi Bou said, Gammarth, Nabeul et Hammamet, où stationner était gratuit avant, est dorénavant payant.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus