1. Accueil
  2. Divers
  3. Conduire en Algérie : le coup de gueule d’une Algérienne de France
Divers

Conduire en Algérie : le coup de gueule d’une Algérienne de France

Après plus de deux ans d’absence au pays, les Algériens de l’étranger ont pu renouer avec les vacances en Algérie cet été. Après cette longue absence, les membres de la communauté ont sans doute remarqué plusieurs changements au pays.

Le retour de la diaspora algérienne cet été est marqué par de nombreuses difficultés, à commencer par les réservations des billets jusqu’aux débarquements longs, en passant par les prix des billets et les conditions de voyages en bateau ou en avion, pour le moins déplorables.

Une Algérienne de France surprise par l’état des routes en Algérie

Face à autant de difficultés, les Algériens de l’étranger ayant pu rentrer au pays ne sont pourtant pas au bout de leurs surprises. Après deux ans d’absence, il est évident qu’ils remarquent des changements au pays, et malheureusement, ce n’est point positif sur certains aspects de la vie quotidienne.

C’est en tout cas le constat qu’a livré une Algérienne arrivée hier mardi 26 juillet en Algérie via l’aéroport d’Alger. Dans un post publié sur Facebook, Imène, une Algérienne vivant en France, n’a pas caché sa surprise sur l’état des routes en Algérie mais aussi concernant le comportement des automobilistes.

« Je suis rentré hier soir en Algérie et j’ai pris l’autoroute d’Alger (elle ne cite pas sa destination, NDLR). En pleine nuit, tout était noir », a-t-elle constaté. Visiblement habituée à conduire en France, elle se plaint du marquage de sol délimitant les voies, qui n’existe tout simplement pas sur son itinéraire.

« On ne sait même pas combien de voie il y en a », a-t-elle encore fait remarquer. Les autres automobilistes ont été également pointés par cette voyageuse. « Les voitures en pleins phares sur les deux sens et en grande vitesse. C’était vraiment trop dangereux ».

« À force de voir les choses, on ne les regarde plus »

Qualifiant ceci de négligence de la part du ministère des Transports, elle lui lance un appel pour « prendre en charge l’entretien des autoroutes qui représentent un danger pour le peuple. Le manque d’entretien des routes est honteux et les conséquences sont désastreuses », a-t-elle encore ajouté.

À n’en juger que par le nombre d’accidents qui se produisent quotidiennement en Algérie, et le nombre de morts qui ne cesse d’augmenter sur nos routes, on se rend compte qu’elle dit vrai. Mais qui s’en soucie réellement ?

Malheureusement, cet état catastrophique du réseau autoroutier et des autres routes, avec tous les dangers que cela implique, s’est carrément banalisé en Algérie. À force d’y faire face au quotidien, les Algériens ont fini par prendre l’habitude. Pour paraphraser Francis Ponge, cela se confirme davantage : « À force de voir les choses, on ne les regarde plus ».

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus