Coronavirus : les recommandations des experts pour la réouverture des frontières européennes

Le :

L’Europe rouvrira ses frontières extérieures à compter de ce mercredi 1er juillet. Une première liste de 15 pays a été dévoilée aujourd’hui.

 

Des épidémiologistes espagnols ont émis une série de recommandations permettant aux pays de l’Union européenne, notamment l’Espagne, de rouvrir leurs frontières en toute sécurité malgré la pandémie de Covid-19, rapporte ce mardi le journal espagnol El Pais.

 

« Si la situation épidémiologique est identique ou meilleure que celle de l’Espagne, on peut certainement voyager. Comme en Espagne, il y a beaucoup de variabilité dans d’autres pays : Madrid et Barcelone avec la plus forte incidence [du virus] ne sont pas les mêmes que dans les autres régions espagnoles », explique Jesus Molina Cabrillana, porte-parole de l’association espagnole de médecine préventive, de santé publique et d’hygiène.

 

« Lorsqu’il s’agit de prendre des décisions, nous ne devons pas nous laisser guider par la présence ou non de pics épidémiques actifs, mais plutôt par la maîtrise de ceux-ci », affirme Molina Cabrillana.

 

Toni Trilla, responsable de la médecine préventive à l’hôpital clinique et provincial de Barcelone, a quant à lui prévenu qu’il n’existe pas de « risque zéro ».

 

Il explique qu’il y a des circonstances à prendre en compte et auxquelles il faut être préparé, comme :

 

Ce qui se passerait si la situation dans le pays où vous êtes en voyage change et qu’ils ferment les frontières. À ce moment, il faut savoir quelles sont les garanties que vous avez pour que ce pays-là vous permette de rentrer en Espagne.

 

Si vous tombez malade dans le pays où vous avez voyagé, quel système de santé ou couverture d’assurance avez-vous ? Et comment pouvez-vous être rapatrié ?

 

Traçage du déplacement des touristes

 

Toni Trilla a souligné également l’importance de la capacité de chaque pays rouvrant ses frontières à effectuer un « traçage de contacts » des personnes potentiellement contaminées. « La capacité dont nous disposons pour suivre la trace de tout touriste est très importante. [Les touristes] doivent savoir que s’ils ne se sentent pas bien, ils doivent alerter le système de santé et le système doit pouvoir les surveiller, avoir une adresse et un numéro de téléphone pour les localiser », explique le médecin.

 

« Si chaque pays répond aux critères épidémiologiques, la question des touristes n’est pas si risquée », estime pour sa part Magda Campins, responsable de la médecine préventive à l’Hôpital universitaire Vall d’Hebron de Barcelone. « Je suis plus inquiète de ceux qui arrivent en grand nombre, comme les saisonniers, dont la position géographique n’a pas été enregistrée. Si vous devez faire une trace, la situation est beaucoup plus compliquée. Nous devons être plus stricts, et il est crucial de savoir d’où viennent les voyageurs, pourquoi ils viennent et où ils peuvent être localisés », explique la spécialiste.

 

« Les trois mesures de base, l’hygiène, les masques et la distance sont toujours recommandées. Et lorsque vous voyagez dans des endroits où il y a surpopulation, je recommanderais d’éviter complètement ces types de zones », préconise-t-elle.

 


 

Par : Samira Chibani

Partager sur :
Quoi de neuf ?