1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Coronavirus : nous avons pris un vol Air Algérie
Air Algérie

Coronavirus : nous avons pris un vol Air Algérie

Les vols domestiques de la compagnie Air Algérie ont repris le 6 décembre dernier après plus de huit mois d’arrêt. Les villes du Sud sont desservies à 100 % du programme d’avant crise. Celles du Nord à seulement 50 %.

Malgré la crise sanitaire, l’aéroport d’Alger n’a pas vraiment cessé de fonctionner, contrairement à de nombreux autres aéroports du pays. Il accueille des vols internationaux de rapatriement internationaux ainsi que les appareils de Tassili Airlines qui assurent le transport du personnel de Sonatrach vers le sud.

L’aéroport d’Alger à l’heure de la pandémie

Nous avons réservé un vol Alger – Oran pour samedi matin. Le vol est prévu à 08h15. Au Hall 1 du terminal 1 (l’ancienne aérogare internationale), les guichets de la compagnie Air Algérie sont dédiés à tous les vols en même temps. Mais il n’y a pas foule. Nous passons très rapidement l’enregistrement où les agents d’accueil veillent au respect strict du protocole sanitaire. La signalisation au sol pour faire respecter la distanciation d’un mètre entre chaque passager ainsi que le port du masque de protection.

Articles en Relation

Les préposés à l’enregistrement sont détendus visiblement contents de reprendre le travail, après des mois de repos forcé. « Le vol est vide. Il n’y a que douze passagers », souligne un agent d’enregistrement.

Une fois dans la salle d’embarquement, le même décor que dans le hall d’enregistrement : il y a peu de monde pour les vols programmés pour cette matinée du samedi. Les appels à l’embarquement s’enchaînent entre ceux d’Air Algérie et ceux de Tassili Airlines.

Il est 7 h 30 quand arrive enfin l’heure d’embarquement pour le vol Alger-Oran AH 6180 en partance vers Oran. « Il y a peu de passagers sur pratiquement tous les vols », confirme un responsable d’escale.

Les passagers sont invités à porter le masque de protection convenablement. Que ce soit à l’enregistrement ou à l’embarquement, le respect du protocole sanitaire est de mise.

Alger-Oran dans de bonnes conditions

Après le passage au scanner et aux formalités policières, on prend place dans le bus devant nous mener jusqu’à l’avion ATR qui doit assurer le vol vers Oran.

Devant l’avion, les équipes de manutention finalisent le chargement des quelques bagages enregistrés tandis que les équipes du « push-back » communiquent avec la commandant de bord. Un van blanc s’arrête devant l’appareil. Deux policiers s’alignent pour faire le salut au premier passager qui embarque, visiblement une personnalité ‘’VIP’’. Le steward nous fait signe de la main. Nous embarquons enfin à bord. Il n’y a que deux personnes chargées du service cabine pour ce genre d’appareil.

L’embarquement prend fin. Les portes sont fermées. L’équipage énumère les consignes de sécurité habituelles en plus d’un message de sensibilisation sur le protocole sanitaire sur lequel la compagnie est décidément à cheval.

Les moteurs sont mis en marche, les hélices tournent avec leur bruit si spécial. L’avion roule vers la piste de décollage. L’ATR fonce à toute vitesse puis décolle vers Oran sous la grisaille qui couvre le ciel d’Alger ce samedi. Le vol décolle à l’heure.

Après plus de trois-quarts d’heure de vols, le commandant de bord annonce qu’il entame la procédure d’approche vers l’aéroport d’Oran. L’appareil décent progressivement et finalise son atterrissage après 1 h 05 de vol.

Du travail reste à faire au niveau de l’aéroport d’Oran !

À l’aéroport Ahmed Ben Bella d’Oran, seule l’aérogare des vols intérieurs est ouverte au public. Dans l’attente de notre vol retour vers Alger prévu à 16 h, nous avons eu à constater un certain relâchement dans l’application du protocole sanitaire. Le port de la bavette n’est pas vraiment respecté dans la salle d’attente.

Par contre, les employés des différentes entités, Air Algérie, Tassili Airlines et les services de sécurité, sont respectueux des consignes. Les passagers en attente d’embarquer sur les différents vols le sont moins.

À 15 h, l’enregistrement pour le vol vers Alger est lancé. Trente-cinq passagers sont sur la liste. Une fois tous les voyageurs réunis, l’embarquement est lancé avant l’heure. L’avion s’apprête à décoller avec au moins 20 minutes d’avance.

Les passagers embarquent dans le Boeing 737-800 de la compagnie Air Algérie. Le décollage commence à 15 h 40. Nous quittons Oran sous un vent fort. Destination : Alger.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus