1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. Corsica Linea : « Galère » à Marseille, longue attente à Béjaïa
Voyages et Tourisme

Corsica Linea : « Galère » à Marseille, longue attente à Béjaïa

Si revoir le pays et la famille reste la priorité des voyageurs algériens à bord des traversées reliant la France à l’Algérie, ils ne seraient sûrement pas contre une amélioration des conditions du voyage.

Il s’agit de la première saison estivale sans grandes restrictions sur les voyages pour l’Algérie depuis le début de la crise sanitaire. Mais une traversée qui se passe mal pourrait facilement massacrer un séjour tant attendu.

Au moment où les traversées se poursuivent, les témoignages des passagers pleuvent sur les réseaux sociaux. Parmi les dessertes maritimes qui connaissent une forte demande, il y a celle reliant Marseille à Béjaïa.

Embarquement à Marseille : la PAF en manque d’effectif

Un passager de la traversée Marseille – Béjaia du samedi 23 juillet, assurée par Corsica Linea, est revenu sur les conditions de l’embarquement et sur quelques points négatifs de la traversée.

Selon lui, les difficultés commencent au port de Marseille. “Pour trouver la porte 3, c’était une galère”, dit-il. Il ajoute que son emplacement était “mal indiqué” et qu’il y avait plusieurs passagers “qui tournaient en rond”.

Le voyageur raconte que, toujours à Marseille, “la PAF, qui était en manque d’effectif, a choisi d’aller débarquer un autre bateau et nous faire attendre”. Cela a fait que les passagers ont dû attendre “une heure et demie” en dehors du poste de police. Malgré cela, “le départ s’est fait presque à l’heure, 13.20 au lieu de 13h”, précise-t-il.

Une passagère du Jean Nicoli, qui a assuré la traversée Marseille – Béjaia du 23 juillet, témoigne que le bateau a quitté le port à 13.20 et qu’il “n’y avait pas de contrôle de pass sanitaire, ni de hauteur de voiture, ni de contrôle de véhicule”.

La traversée Marseille – Béjaia : encore des efforts à fournir

Les deux témoignages affirment que “le bateau était plutôt propre”. Le premier passager indique toutefois que, malgré la propreté du bateau et “les cabines fonctionnelles”, “les trois quarts du personnel étaient désagréables”.

Le témoignage de la deuxième passagère indique que “la traversée était tranquille”, “les couchettes étaient très propres” et “ il y avait une bonne insonorisation dans les cabines”.

Elle ajoute cependant qu’elle “avait acheté des pizzas surgelées et qu’elle les a payées très cher”. Le petit déjeuner, poursuit-elle, “s’est bien passé, il y avait des croissants, du pain au chocolat et du jus de fruits”.

Arrivée à Béjaïa : trop d’attente

C’est à l’arrivée au port de Béjaïa que la situation se gâte, témoignent les deux voyageurs.

Si le premier atteste qu’il a attendu “3h pour sortir”, même s’il “était parmi les premiers”, la deuxième passagère, “enceinte de six mois”, indique qu’elle est descendue “parmi les derniers” et qu’elle a dû attendre “pendant 5 heures avec un bébé de 2 ans”.

“Trop de paperasse, trop d’agents qui font des va-et-vient inutiles”, dénonce le premier voyageur. “3000 agents qui te demandent ton passeport et ta carte grise. Bref, c’est un véritable parcours de combattant”, conclut-il.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus