1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Déclarations du DG d’Air Algérie : étonnantes contradictions
Air Algérie

Déclarations du DG d’Air Algérie : étonnantes contradictions

Lamine Mesraoua, directeur général (DG) par intérim d’Air Algérie, est intervenu en public en marge de son audition par la commission des affaires étrangères au niveau de l’Assemblée populaire nationale.

Le premier responsable d’Air Algérie a répondu à des questions des membres de la commission et celles de citoyens intervenus à distance.

L’occasion pour lui de s’expliquer sur les tarifs élevés pratiqués par Air Algérie. Selon le premier responsable d’Air Algérie, les tarifs répondent à la logique de l’offre et la demande. Il a également promis une baisse des tarifs avec l’augmentation du nombre de vols qui devrait intervenir dans les prochains jours.

Air Algérie : 30 avions cloués au sol

Lamine Mesraoua a d’ailleurs exprimé son mécontentement par rapport au nombre de vols autorisés actuellement. « Je ne vais plus à l’aéroport pour ne pas voir les avions cloués au sol. 30 appareils sont inactifs ! », a-t-il déclaré à ce sujet.

Air Algérie souffre beaucoup de cette ouverture qui l’empêche de retrouver ses niveaux d’avant la crise sanitaire. Mais dans le même temps, Lamine Mesraoua a déclaré que même si l’État lui demandait de reprendre le programme habituel, il dirait non vu qu’Air Algérie n’est pas prête pour une réouverture totale des frontières.

Une contradiction avec ses déclarations sur le nombre de vols et les avions cloués au sol. Le dirigeant d’Air Algérie explique sa préférence pour une reprise progressive et donc la poursuite du régime partiel par un argument assez surprenant.

Le DG d’Air Algérie opposé à une reprise totale des vols

« Il faut savoir que cela fait deux ans qu’on n’a pas travaillé. Même avec tout l’entretien, un avion reste un appareil et des problèmes ne sont pas à exclure », a-t-il expliqué en donnant exemple sur un problème technique survenu sur un avion à Londres dernièrement.


En quoi Air Algérie serait pénalisée si l’ouverture totale venait à être décrétée ? En principe, une telle décision devrait réjouir la compagnie et son DG. Ce dernier se dit triste de voir les avions cloués au sol mais en même temps il préfère ne pas reprendre à 100 %.

C’est d’autant plus étrange que toutes les compagnies des pays de la région, au Maghreb et en Europe, ont repris leurs programmes sans difficulté.

Enfin, Air Algérie qui envisage de construire un hub de maintenance à Alger ne devrait pas se plaindre de problèmes techniques de ses propres appareils. C’est une mauvaise publicité pour ses équipes. 

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus