1. Accueil
  2. Visas et Immigration
  3. Des milliers de sans-papiers seront régularisés en Espagne
Visas et Immigration

Des milliers de sans-papiers seront régularisés en Espagne

La crise sanitaire a chamboulé toutes les politiques, dont celles liées à l’immigration, dans les pays européens. Certains pays, comme l’Espagne et l’Allemagne, revoient leurs copies, notamment en termes de régularisations massives de sans-papiers et d’embauche de main d’œuvre étrangère. Qu’en est-il pour la France ?

En Espagne, l’un des pays de l’Union européenne qui compte tirer profit de l’émigration pour faire face aux pénuries de main-d’œuvre, a entrepris des mesures visant à régulariser de grands nombres d’étrangers.

Sans-papiers : l’Espagne projette des régularisations massives 

Qu’ils soient dans leur pays d’origine ou déjà présents sur le territoire, ces étrangers seront régularisés dans l’optique de les intégrer au marché du travail. Les mesures annoncées fin juillet visent, en quelque sorte, à « reconnaître l’économie souterraine qui règne en Espagne », analyse ce samedi 3 septembre le site français Mediapart.

Espagne

Autrement dit, les personnes sans papiers qui travaillent sans être déclarées, sans droits ni protection seront enfin régularisés et travailleront dans des cadres légaux. En effet, le gouvernement espagnol a décidé, fin juillet, de faciliter l’accès aux immigrées au marché du travail, même ceux déjà présents sur le territoire en situation irrégulière.

En effet, les entreprises en agriculture, BTP ou de tourisme, qui connaissent des pénuries de main-d’œuvre, pourront facilement recruter des personnes étrangères depuis leur pays d’origine. Les étudiants étrangers pourront également accéder au marché du travail, et ce, jusqu’à 30 heures par semaine.

Allemagne : adoption d’un projet de loi visant à régulariser 130 000 sans-papiers  

En outre, les étrangers établis en Espagne en situation irrégulière depuis plus de deux ans pourront aussi être régularisés et intégrés dans le marché du travail, voire de bénéficier de formations. Les démarches du regroupement familial seront aussi simplifiées.

Cité par Mediapart, un jeune harraga venu d’Algérie, rescapé d’un naufrage, se dit content de ces mesures, bien qu’il ne soit pas encore éligible. En effet, il ne remplit pas la condition de deux ans de présence sur le territoire espagnol.

« On en a tous en­tendu parler ici. J’espère qu’ils ne la supprimeront pas au gré des élections d’ici là (jusqu’à ce qu’il accumulera deux ans de présence en Espagne, NDLR) », a-t-il déclaré en évoquant la possibilité d’une formation.

En Allemagne, l’heure est également à la régularisation d’étrangers en situation irrégulière. Début juillet, le gouvernement allemand a adopté un projet de loi visant à régulariser les sans-papiers demandeurs d’asile déboutés et restés sur le territoire.

Pas moins de 130 000 personnes, dont la demande de protection a déjà été rejetée, sont concernées par cette mesure. Concrètement, les retombées de la crise sanitaire ont poussé de nombreux pays européens à changer leurs politiques respectives sur l’émigration, mais pas la France.

Régularisation des étrangers en Europe : la France à la traine

Selon Mediapart, la crise sanitaire, qui a permis de constater combien les sans-papiers étaient indispensables pour certains secteurs, n’a visiblement pas changé la vision de la France. Pour preuve, toutes les manifestations des travailleurs sans-papiers, souvent appuyés par des soutiens, ont été tout bonnement ignorées par les autorités, dont Macron lui-même.

Selon la même source, depuis la circulaire « Valls » de 2012, les demandes de régularisa­tion par le travail sont laissées à l’ap­préciation des préfets. En l’absence de mesures à l’image de l’Espagne et de l’Allemagne, un sans-papiers en France, même s’il remplit toutes les conditions, doit attendre les délais en préfecture.

Pis encore, le seul projet de loi proposé par le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, concernant l’immigration vise davantage à criminaliser les étrangers qu’à tenter de les intégrer, a analysé le média d’investigation français.

Ce dernier propose, en effet, des mesures permettant d’expulser les étrangers dits « délinquants », de relier l’octroi des titres de séjour au respect des « principes de la République » et de faciliter l’expulsion des personnes faisant l’objet d’une OQTF.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus