1. Accueil
  2. Divers
  3. France : ces groupuscules qui veulent attaquer les musulmans
Divers

France : ces groupuscules qui veulent attaquer les musulmans

Le magazine d’investigation français Complément d’enquête, diffusé sur France 2, a dévoilé hier une enquête sur cette ultra-droite qui tend de plus en plus à se développer en France.

Les journalistes se sont intéressés aux membres de l’AFO, les Actions des Forces Opérationnelles, fondées par Guy Sibra, un ancien policier. Leur volonté de lutter contre « l’islamisation » de leur société est allée si loin que ce groupe a tenté d’organiser une lutte armée contre l’ennemi musulman.

S’ils ont été arrêtés avant de passer à l’acte, qu’en est-il de leur idéologie ?

Articles en Relation

Empoisonner les musulmans

En 2018, les membres de l’AFO sont soupçonnés de préparer des attaques physiques contre les musulmans. Plusieurs indices indiquaient qu’ils réfléchissaient à des actions. Avant leur interpellation, le mouvement se réunissait souvent pour préparer une défense armée en cas d’islamisation de la société.

Sur leur site web, les AFO allaient jusqu’à proposer des fiches réflexes pour se défendre contre les musulmans, n’appelant pas expressément à organiser des attaques, mais en tout cas à préparer un stock d’armes blanches pour parer à tout événement.

Leur folie haineuse n’a cessé de croître jusqu’à les pousser à imaginer, cette fois-ci, une offensive envers des imams, des personnalités musulmanes ou n’importe quelle femme voilée. C’est à ce moment-là qu’une douzaine de personnes a été interpellée par la police pour tentative d’attentat.

Les forces de l’ordre ont alors découvert que les AFO avaient envisagé plusieurs actions comme empoisonner un rayon halal d’un supermarché ou des attaques à la grenade contre les restaurants kebabs. Parmi les penseurs de ces attaques, on trouve un professeur de mathématiques, des policiers ou encore des haut-fonctionnaires de l’Etat français. Des personnes censées prôner le vivre-ensemble et la paix.

Complément d’enquête est revenu sur cet épisode afin de comprendre comment un plan aussi fou a pu se développer dans ce groupe. Le professeur de mathématiques qui avait suggéré d’empoisonner les rayons halal a accepté de répondre aux journalistes. S’il n’a pas confirmé avoir suggéré cette solution d’éradication des musulmans, il a évoqué des personnes qui ne savaient plus quoi faire. Il s’est également expliqué sur les raisons qui l’ont poussé à adhérer à ce groupe. Il voulait se préparer à défendre son pays contre “la charia” qui s’installe de “façon magistrale sur tout le territoire français”.

Maxime Macé, un journaliste spécialisé dans l’extrême-droite, raconte dans Complément d’Enquête, que ces personnes ne sont pas passées à l’acte par défaut de moyens mais pas d’état d’esprit.

Des appels publics à affronter les musulmans

L’idée même de rêver de monter des attaques contre des personnes en raison de leur religion est effrayante. De plus, les regroupements pour défendre la France contre les musulmans sont de plus en plus assumés. Des centaines d’anciens militaires français, dont des généraux à la retraite, sont allés jusqu’à publier une tribune dans le magazine d’extrême-droite Valeurs Actuelles, appelant à se défendre contre “l’islamisme” ainsi que les “hordes de banlieues”.

20 généraux à la retraite ont signé cette lettre dans laquelle ils évoquent le risque d’une “guerre civile” en France, en raison de la montée de l’extrémisme religieux, en l’occurrence l’Islam. Ils appellent le président Français, Emmanuel Macron à trouver “le courage nécessaire à l’éradication de ces dangers”. Sans une intervention du gouvernement français, ces militaires prévoient une “explosion”, et surtout l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs”.

Un tel message de la part de militaires laisse à penser qu’ils appellent à des mesures radicales contre les citoyens qui n’estimeront pas assez bon Français ou pas assez républicains. C’est la première fois qu’une telle plaidoirie d’extrême-droite apparaît dans les colonnes d’un média et surtout de la part de militaires censés observer un devoir de réserve.

Une idéologie qui prend sa place

Certes, ces groupes ne sont pas encore passés à l’acte ou du moins n’y sont pas parvenus mais par leurs réflexions ils normalisent la violence à l’égard de toute personne considérée comme musulmane. Ils incitent à attaquer des personnes innocentes sous prétexte qu’elles représentent un danger qu’ils ont eux-mêmes inventé.

Ainsi on observe une croissance de la haine anti-musulman – le nombre de dégradations de bâtiments utilisés par les communautés musulmanes ne cesse d’augmenter – mais aussi des actes physiques. En octobre 2020, deux jeunes filles de confession musulmane, portant un voile ont été agressées au couteau à côté de la Tour Eiffel, un lieu pourtant très fréquenté. Il y a une semaine à peine, un Franco-Marocain musulman a été percuté volontairement par un chauffard, qu’il venait de traiter de “bicot”.

Ce type de mouvements radicaux est surveillé depuis plusieurs années par les services de renseignements français, ce qui a permis de voir que le danger est réel. Depuis l’année 2017, au moins 4 projets d’attentats à l’encontre de musulmans ont été déjoués, pourtant les théories élaborées par ces groupes semblent être toujours très vivantes.

Comme le soulignent des experts dans le magazine Complément d’Enquête, ce qui inquiète est que ces groupuscules sont composés de personnes lambdas, parfaitement intégrées dans la société française. Des anciens policiers, des haut-fonctionnaires, des professions libérales, ce sont ces types de métiers que l’on retrouve dans ces groupes persuadés de lutter pour leur survie. Cela laisse penser que tout type de Français peut basculer dans cette haine paranoïaque à l’égard des musulmans de France.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus