France – Immigration : les interrogations de l’Ordre des médecins français

Le :

L’Ordre des médecins français a réagi ce jeudi à l’annonce effectuée la veille par le gouvernement français visant à réguler l’immigration, notamment la décision d’instaurer un délai de carence de trois mois pour les demandeurs d’asile avant de bénéficier de la Protection universelle maladie (PUMa).

 

« Le Conseil national de l’Ordre des médecins a pris connaissance des annonces du Gouvernement sur l’immigration, en matière de santé. Il tient à alerter les pouvoirs publics sur les conséquences de l’instauration d’un délai de carence de trois mois pour pouvoir bénéficier de la Protection universelle maladie (PUMa) », indique l’Ordre des médecins français dans un communiqué diffusé ce jeudi sur son site internet.

 

« Fidèle à sa mission d’assurer le respect de l’éthique et de la déontologie, l’Ordre des médecins ne peut envisager qu’une fraction de la population soit à présent discriminée dans son droit à être soigné, sur le sol français », affirme l’Ordre. « L’institution ordinale ne peut que mettre en garde sur les risques d’une telle décision en matière de santé individuelle pour cette population, mais aussi en matière de santé publique à l’échelle nationale », souligne l’organisme, ajoutant que « cette annonce interroge également le principe de solidarité qui est le fondement même de notre pays et de notre système de santé ».

 

Le Premier ministre français Edouard Philippe a présenté ce mercredi une série de vingt mesures formulées par le gouvernement concernant le sujet de l’immigration, avec comme mesure phare l’instauration des fameux quotas. Le gouvernement a annoncé que les demandeurs d’asile devront désormais attendre trois mois avant d’avoir accès à la protection universelle maladie (PUMa), alors qu’aujourd’hui ils y ont accès dès l’enregistrement de leur demande. Les demandeurs d’asile continueront toutefois d’avoir accès, avant ce délai de trois mois, aux soins urgents.

 

« Alors que l’hôpital vit une crise sans précédent, il serait par ailleurs incompréhensible d’orienter des patients supplémentaires vers des services d’urgence déjà surchargés », estime l’Ordre des médecins.

 

« Les médecins – qui ont fait le serment de protéger toutes les personnes, sans aucune discrimination, si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité – ont besoin d’explications. Seront-ils contraints, demain, de refuser de soigner cette population ? », s’interroge le Conseil national de l’Ordre des médecins, qui dit être « préoccupé par cette situation » et qui demande par conséquent « une clarification sur les conséquences à venir dans l’exercice professionnel des médecins, et pour la sécurité sanitaire de toute personne vivant sur notre territoire ».

 


Rédaction

Partager sur :
Quoi de neuf ?
Visa Schengen : la Finlande utilise la nouvelle vignette visa de l’UE
Une nouvelle vignette visa est désormais utilisée par les missions consulaires de la Finlande, indique un communiqué du gouvernement finlandais, paru le 13 novembre 2019. « Toutes les missions finlandaises à l’étranger et les organisations délivrant des visas, y compris les Gardes-Frontière,...
Un groupe de touristes étrangers visite Béchar (images)
Un groupe de touristes ukrainiens et indiens a visité Béchar du 14 au 16 novembre dernier, a indiqué l’ONAT sur sa page Facebook.   Au programme de ce séjour : « hébergement à la résidence ONAT Igli, visites et...