1. Accueil
  2. Visas et Immigration
  3. France : mobilisation en faveur d’une lycéenne algérienne
Visas et Immigration

France : mobilisation en faveur d’une lycéenne algérienne

Kenza Sahed, 19 ans, vit en France depuis deux ans. Élève au lycée au lycée des Bruyères à Sotteville-les-Rouen, en Normandie, la jeune algérienne fait actuellement l’objet d’une procédure d’expulsion. 

Kenza a reçu la mise en demeure pour quitter le territoire français, le 24 décembre dernier, rapporte, ce mercredi 27 janvier, la radio publique France Bleu.

Mais la jeune lycéenne algérienne, qui prépare son baccalauréat pour cette année, ne souhaite pas quitter la France à quelques mois d’une échéance aussi importante. Autour d’elle, la mobilisation s’organise.

Articles en Relation

Kenza veut rester en France

Depuis son arrivée en France, Kenza a tissé des amitiés et s’est construit un environnement dans lequel elle se sent bien. Elle ne veut surtout pas quitter la France. 

Décrite comme une bonne élève, Kenza, qui a notamment participé au projet Euroscola en compagnie de ses camarades de classe, est également engagée en dehors des bancs de l’école à travers des actions de bénévolat. 

Articles en Relation

« Je suis arrivée, je me suis bien intégrée, je me suis fait des amis. Je fais du bénévolat aussi hors de mes cours. Je sens que non, je n’ai pas envie de quitter la France. Je suis bien ici, je me sens à ma place », explique-t-elle dans les médias français.

En plus du bac, Kenza se prépare également à passer le concours de Sciences Po, une prestigieuse école française.

Soutenue par ses profs et par des politiques

Dans son combat pour poursuivre l’aventure en France, Kenza peut compter sur le soutien de ses professeurs. Son encadreur pour le concours de Sciences Po, Patrick Lopes, ne tarit pas d’éloges sur sa protégée.

« Kenza est une bonne élève, mais surtout, elle est très motivée, toujours partante pour de nouveaux projets », dit-il au sujet de la jeune lycéenne.

L’affaire de Kenza a également pris une tournure politique. Fatima El Khili, enseignante au sein du lycée où étudie la jeune fille et élue à la ville de Rouen se mobilise en faveur de la cause de Kenza. C’est, d’ailleurs, elle qui a alerté le maire de Rouen, Nicolas Mayer-Rossignol, qui s’est adressé au préfet pour lui demander de revoir sa position. Une lettre cosignée par Le maire de Sotteville les Rouen, Luce Pane.

De son côté, David Corman député d’Europe Écologie Les Verts a lui aussi écrit au préfet à ce sujet. Dans sa lettre, ce dernier met en avant la pétition mise en ligne pour aider Kenza à rester en France et qui a recueilli plus de 2 500 signatures.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus