1. Accueil
  2. Divers
  3. France : un musulman provoque la panique en priant dans une église
Divers

France : un musulman provoque la panique en priant dans une église

C’est une affaire assez invraisemblable qui s’est produite dimanche dernier à Lyon et qui est relaté par le journal Le Monde dans son édition de ce mercredi 12 mai.

L’incident s’est produit devant l’église d’Ainay à Lyon à la sortie de la messe hebdomadaire. Pas moins de 13 policiers de la BAC (brigade anticriminalité), lourdement armés, ont été déployés pour maitriser un individu qui allait s’avérer inoffensif.

Les policiers ont été appelés par un paroissien qui croyait avoir affaire à un terroriste sur le point de passer à l’acte. Et pour cause : des témoins l’auraient entendu dire « Allah Akbar ». Une expression synonyme pour beaucoup de Français du coup d’envoi d’un attentat terroriste.

Un musulman qui fréquentait une église pour prier

L’homme, âgé de 42 ans, a été rapidement arrêté et placé en garde à vue. C’est à ce moment-là que les enquêteurs tombent sur un profil loin d’être celui d’un dangereux terroriste. Lorsqu’ils perquisitionnent son domicile, les enquêteurs ne trouvent rien de compromettant ou ayant un lien avec une éventuelle radicalisation de l’individu.

Khirdin A, de ses initiales, habite le quartier Villeurbanne. Il ne possède pas de téléphone et ne travaille pas. De confession musulmane, avait seulement pour habitude de fréquenter la basilique pour ”prier et méditer ”, selon ses dires.

Pour son avocate, désignée d’office, il s’agit beaucoup d’un emballement qu’autre chose. « Il n’a fait que sa prière musulmane dans une église. Sans le contexte actuel, rien de tout cela ne se serait passé, il ne serait pas là », explique-t-elle dans des déclarations reprise par le Monde.

J’y vais depuis dix ans dans cette église

De son côté, l’intéressé pense que son attitude est tout à fait naturelle. ” J’y vais depuis dix ans dans cette église. J’ai récité le psaume 23, après j’ai dit “Allah Akbar”, après j’ai dit au revoir, et je suis parti “, a-t-il, d’ailleurs, déclaré devant le tribunal.

Khirdin A, accusé de « violence, outrage, et rébellion » lors de son interpellation, a été jugé mardi 11 mai. Il a écopé d’une peine de deux mois de prison et de 100 euros de dédommagement à la partie civile pour rébellion. Le tribunal a abandonné les deux autres chefs d’inculpation ”violence et outrage”.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus