1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Frontières, Algériens bloqués à Paris : nouvelles déclarations officielles
Air Algérie

Frontières, Algériens bloqués à Paris : nouvelles déclarations officielles

Les vols de rapatriement de la compagnie Air Algérie au départ de la France sont suspendus depuis le 1er mars dernier et devraient le rester au moins jusqu’à la fin de ce mois d’avril.

Les frontières algériennes restent également fermées. Seuls les vols spéciaux opérés par des compagnies étrangères sont autorisés.

Mohamed Antar Daoud, ambassadeur d’Algérie à Paris, est revenu dans un entretien accordé à Canal Algérie sur la question de la fermeture des frontières ainsi que sur l’affaire des ressortissants algériens bloqués depuis le 26 février dernier dans la zone internationale du terminal 2 E de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle.

Articles en Relation

La fermeture des frontières a eu un « impact positif »

En ce qui concerne la fermeture des frontières, l’ambassadeur algérien en France a vanté les mérites de cette mesure qui a, selon lui, porté ses fruits.

« L’Algérie est l’un des rares pays à avoir un taux de contamination à deux chiffres », affirme Mohamed Antar Daoud qui y voit une « preuve que ces fermetures ont eu un impact positif ».

Articles en Relation

Le diplomate a également fait l’éloge des mesures prises par l’État notamment le rapatriement et la prise en charge des rapatriés dans des hôtels au tout début de la crise sanitaire.

« Ce qui n’a pas été le cas de beaucoup de pays nettement plus développés », note-t-il à ce sujet tout en faisant remarquer que les vols de rapatriement concernent les Algériens, dont les visas ont expiré, alors que des résidents ont pu regagner le territoire national.

Algériens bloqués à Paris : la position officielle réaffirmée

Revenant sur l’affaire des 27 ressortissants algériens bloqués à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, l’ambassadeur d’Algérie en France a réaffirmé la position officielle déjà exprimée concernant cette affaire.

« Ils sont venus vers la fin des vols de rapatriement. Ces vols ne les concernaient pas. Ils concernent les citoyens munis d’un passeport établis en Algérie. Or, il s’agit de ressortissants établis en Grande-Bretagne. Nous avons fait toutes les propositions », explique l’ambassadeur à ce sujet.

Le diplomate a rappelé les engagements pris par l’Algérie de rapatrier les ressortissants au Royaume-Uni en prenant en charge les billets et les excédents bagages. Il accuse par la même occasion ces ressortissants de « s’entêter à rester dans la zone internationale » de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle.

L’ambassadeur précise que la décision de suspendre les vols de rapatriement, prise fin février, par la président de la République Abdelmadjid Tebboune émane d’une recommandation du comité scientifique suite à l’apparition des premiers cas de variant anglais en Algérie.

« En aucun cas, on ne pourra mettre en danger la vie de 45 millions d’Algériens pour 25 personnes qui s’entêtent à rester en zone internationale », poursuit-il à ce sujet en affirmant avoir « mal au cœur de voir des citoyens algériens attendre chaque matin devant l’ambassade pour avoir une autorisation pour entrer en Algérie ».

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus