Frontières de l’Europe : vers une réouverture au cas par cas ?

Le :

L’Europe accélère son déconfinement. Après avoir autorisé la population à reprendre ses activités et la majorité des commerces à rouvrir, les pays européens s’apprêtent à franchir une nouvelle étape. La réouverture des frontières de l’espace Schengen devrait intervenir dès le 15 juin.

 

À compter de cette date, les Européens pourront donc circuler librement. Des pays comme l’Italie, la France, la Grèce, le Portugal et l’Espagne ont déjà annoncé qu’ils accueilleront des touristes européens sans les placer en quarantaine. La Suisse a également assoupli les conditions d’accès à son territoire.

 

Frontières fermées après le 15 juin ?

 

Qu’en est-il pour les frontières extérieures de l’Europe ? Pour l’heure, aucun responsable n’apporte de réponse claire. Hier, jeudi 28 mai, Jean-Yves Le Drian a estimé que les frontières de l’Union européenne devraient rester fermées au-delà du 15 juin.

 

« Pour le moment cela est valable jusqu’au 15 juin, mais il est vraisemblable que cela se prolonge », a dit le ministre français lors de son audition par la commission des Affaires étrangères du Sénat.

 

Le même jour, le Premier ministre français Édouard Philippe a déclaré qu’une décision serait prise collectivement autour du 15 juin concernant les frontières extérieures.

 

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a évoqué une éventuelle réouverture des frontières extérieures « avec un léger décalage, peut-être le 1er juillet », assortie « d’une liste européenne de pays d’attention qui feraient l’objet de mesures spécifiques aux frontières de l’espace européen ».

 

Une liste de pays sûrs ?

 

Comprendre : les passagers ne seront pas traités de la même manière en fonction de leur pays de provenance. La situation épidémique de chaque pays sera prise en compte pour la réouverture du trafic aérien ou pour les conditions de délivrance des visas.

 

Jean-François Rial, PDG de Voyageurs du monde, croit à une réouverture progressive concernant certains pays hors-UE. « Je pense qu’ils vont ouvrir début juillet un certain nombre de pays qui ne posent pas de problème sanitaire ou qui ont des situations sanitaires très proches de l’Europe où l’épidémie s’écroule », estime-t-il, ce vendredi 29 mai, sur France 24.

 

« Nous avons quelques agences de voyage sur ces pays-là », a-t-il expliqué, évoquant des destinations telles que le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, mais aussi le Liban. « La décision les concernant va dépendre de leur situation épidémique », a-t-il souligné.

 

Beaucoup de pays européens, notamment la France, l’Espagne et l’Italie, comptent une importante communauté d’origine maghrébine. Une diaspora qui a l’habitude de passer les vacances d’été de l’autre côté de la Méditerranée.

 

Selon Jean-François Rial, la situation des ressortissants étrangers vivant en France, et inversement, pourrait dans tous les cas faire l’objet de dérogations.

 

« Il y a déjà des dérogations », rappelle-t-il, évoquant le cas des diplomates et hommes d’affaires. Aussi, même si la réouverture des frontières devait se faire de manière progressive et s’étaler dans le temps, « il y en aura forcément pour les ‘affinitaires’ [dont la motivation principale est la visite à des proches, souvent la famille], pour les Libanais, les Marocains, les Tunisiens… D’autant que l’épidémie dans ces pays est maîtrisée », précise-t-il.

 


Camelia Amrani

Partager sur :
Quoi de neuf ?