1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Frontières : des Algériens bloqués en France en détresse psychologique
Air Algérie

Frontières : des Algériens bloqués en France en détresse psychologique

Depuis le 1er juin dernier, les frontières algériennes sont partiellement ouvertes. La compagnie Air Algérie opère trois vols hebdomadaires avec la France : deux depuis Paris Orly et un troisième au départ de Marseille.

Trois compagnies aériennes françaises, Air France, Transavia et ASL Airlines, ont également obtenu des autorisations pour effectuer des vols commerciaux avec l’Algérie.

Les vols vont se poursuivre en juillet. Mais avec un total de six vols hebdomadaires pour l’ensemble des compagnies aériennes, il est difficile de satisfaire la demande au départ de la France, le pays qui compte une importante communauté d’origine algérienne.

Articles en Relation

Dans ce contexte, des dizaines de milliers d’Algériens de France vont devoir patienter encore plusieurs semaines, voire des mois supplémentaires, pour pouvoir rentrer au pays. Une situation qui affecte le mental de certains d’entre eux.

Une association tire la sonnette d’alarme

L’association Algériens des deux rives (Addra) vient en effet de tirer la sonnette d’alarme au sujet de la santé mentale de certains ressortissants algériens bloqués en France suite à la décision des autorités de maintenir les frontières de l’Algérie partiellement fermées depuis maintenant seize mois.

« Depuis le début du confinement à ce jour, avec mon association Addra, nous avons accompagné plus de 250 personnes en détresse psychologique due à la solitude, l’isolement, l’extrême précarité financière et à l’incertitude de l’ouverture JUSTE des frontières », affirme Aiyed Jughurta, président de l’association, dans une publication sur son compte sur le réseau social Facebook.

M. Jughurta explique que ces circonstances « ont plongé une grande partie des étudiants, des chibanis et des citoyens résidants algériens dans une détresse psychologique que les autorités algériennes peinent encore à mesurer ».

Frontières algériennes fermées : « 17 longs mois d’attente »

« 17 longs mois d’attente, nous assistons impuissants à cette situation alarmante et importante des symptômes dépressifs chez notre communauté », déplore-t-il.

Il évoque la possibilité de régler cette situation grâce à la mise en place de « solutions et mesures efficaces qui permettent de bien contrôler le flux des voyageurs comme les tests PCR à l’embarquement et antigéniques à l’arrivée, avec le traçage et la quarantaine si nécessaire, à la charge du voyageur », énumère Aiyed Jughurta.

« Tout cela existe partout dans le monde et dans des pays beaucoup plus touchés par l’épidémie que nous, comme c’est le cas de la France, mais les autorités de ces pays n’ont, à aucun moment, complètement fermé leurs frontières », souligne M. Jughurta, qui plaide par ailleurs pour permettre aux personnes vaccinées de rentrer au pays.

« J’implore les autorités algériennes d’intervenir et adopter une réelle ouverture, graduelle et logique des frontières », conclut Aiyed Jughurta.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus