1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Frontières fermées : « Il n’y a pas d’Algériens de seconde zone » 
Air Algérie

Frontières fermées : « Il n’y a pas d’Algériens de seconde zone » 

L’Algérie a fermé ses frontières le 17 mars 2020. Depuis, seuls des vols de rapatriement de la compagnie Air Algérie ont été autorisés. Mais depuis le 1er mars, ces vols sont à leur tour suspendus pour une durée indéterminée, en raison de l’apparition de cas du variant britannique en Algérie.

Fin mars, le gouvernement avait décidé d’autoriser les personnes accompagnant les dépouilles de leurs proches à voyager à bord des compagnies étrangères vers l’Algérie. Les personnes malades, parties pour des soins à l’étranger, étaient également autorisées à rentrer via ce dispositif exceptionnel.

Mais, coup de théâtre : à peine entrée en vigueur, la mesure a été annulée le 5 avril. Officiellement, personne ne peut voyager vers l’Algérie. Une décision qui a suscité la colère des nombreux Algériens toujours bloqués à l’étranger et qui ne peuvent pas rentrer au pays.

Articles en Relation

Une « haine viscérale à l’égard de la diaspora » algérienne

Parmi eux : la réalisatrice et scénariste algérienne Sofia Djama. Dans une vidéo, l’artiste dénonce la décision des autorités de fermer les frontières de l’Algérie et les personnes soutenant avec ferveur cette décision, estimant que cela souligne « la haine viscérale à l’égard de la diaspora » algérienne.

« Je veux parler des Algériens qui ont été forcés à l’exil de manière totalement arbitraire », s’insurge Mme Djama dans une publication vidéo diffusée sur le réseau social Facebook.

Articles en Relation

« On est Algériens, que vous le vouliez ou non, qu’on soit bi-nationaux ou pas, on est Algériens. On a le passeport. Il n’y a pas d’Algériens de seconde zone. Ma vie est aussi sacrée que la vôtre. Votre vie n’est pas supérieure à la mienne. Je parle à vous, pas du régime qui a décidé de façon totalement arbitraire de fermer les frontières », fustige la réalisatrice.

« Nos vies ont été sacrifiées et vous dites bravo »

« Il n’y a aucun pays qui a abandonné et trahi ses enfants. Je ressens précisément de l’abandon. Nous avons été abandonnés et trahis par notre pays. Ce pays a abandonné ses enfants », dénonce Sofia Djama

Articles en Relation

La cinéaste ajoute : « Nos vies ont été sacrifiées et vous dites bravo, c’est comme ça qu’on a pallié la pandémie. Nos vies affectives, nos vies professionnelles, nos familles… Des gens n’ont pas pu enterrer leur mère, leur père, et vous dites c’est normal ».

Pour Sofia Djama, « Tout Algérien qui a un motif de départ impérieux doit avoir la possibilité de partir sans restrictions, et je ne parle pas de ceux qui veulent faire du tourisme ».

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus