1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Frontières : les arguments du DG de l’Institut Pasteur d’Algérie
Air Algérie

Frontières : les arguments du DG de l’Institut Pasteur d’Algérie

L’Algérie, dont les frontières sont fermées depuis le 17 mars 2020, vient d’annoncer un nouveau tour de vis pour les voyages.

À compter du 1er mars prochain, les vols de rapatriement Air Algérie seront suspendus. Aucune date n’a été avancée pour une éventuelle reprise de l’opération alors que des milliers d’Algériens sont toujours bloqués à l’étranger.

Durant tout le mois de mars, les compagnies étrangères ont le droit d’effectuer des vols au départ d’Algérie. Mais leurs avions ne pourront plus transporter de passagers au départ de l’étranger. Ils devront arriver vides en Algérie.

Suspension des vols Air Algérie

La question des vols de rapatriement suscite régulièrement des critiques. Même des membres du Comité scientifique, dont le Dr Bekkat Berkani, étaient favorables à leur maintien, avec des mesures sanitaires strictes.

Toutefois, la question du maintien de la fermeture des frontières fait l’unanimité parmi les experts algériens. Ils estiment que cette décision a épargné l’Algérie. Actuellement, la situation sanitaire est stable, avec moins de 200 contaminations par jour.

« La fermeture précoce des frontières a été un facteur déterminant dans l’atténuation et la cassure de la circulation du virus en Algérie, c’est indiscutable », rappelle Fawzi Derrar, directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie dans un entretien publié ce jeudi 25 février par TSA – Tout sur l’Algérie.

Selon Dr Derrar, des milliers de cas ont été évités au début de l’épidémie grâce à la décision de fermer les frontières.

Des milliers de contaminations évitées

Une publication de l’Institut Pasteur d’Algérie a démontré « que 16 000 cas ont été évités au départ grâce » à la fermeture des frontières décidée dès le 17 mars 2020, affirme-t-il.

« On voit d’ailleurs qu’elle est en train d’être appliquée dans certains pays en Europe. Ces mesures prises au départ sont parmi les facteurs qui ont fait que la situation est restée stable en Algérie ».

Avec l’apparition des nouveaux variants, plus contagieux et parfois plus virulents, il est désormais peu probable que l’Algérie change de stratégie, surtout que le pays connait un important retard dans sa campagne de vaccination. Les premiers lots reçus ont permis de vacciner quelques milliers de personnes sur une population de 45 millions d’habitants. La réouverture des frontières attendra encore quelques mois.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus