1. Accueil
  2. Divers
  3. La galère d’une chanteuse algérienne qui a émigré en France
Divers

La galère d’une chanteuse algérienne qui a émigré en France

Plus de sept mois après avoir émigré clandestinement en France, une célèbre chanteuse de raï pleure l’Algérie et exprime l’amertume du mal du pays.

Dans une vidéo publiée sur son compte TikTok, Cheba Kheira adresse un message au peuple algérien.

Elle n’arrive plus à s’adapter en France

« Je suis à bout, » avoue-t-elle. La chanteuse a visiblement du mal à parler et semble très fatiguée. Elle décrit la difficulté d’être tenue loin de ses enfants, de son mari et de sa maison en Algérie.

« J’ai 49 ans, je n’arrive pas à m’adapter ici… » craque la chanteuse algérienne, en pleurs. Elle confie qu’elle ne s’imaginait pas dans une telle situation, à son âge.

Désespérée, Cheba Kheira laisse ses émotions prendre le dessus et décrit tout son chagrin d’être loin des siens. Elle raconte comment, elle et son ex-mari, se sont connus jeunes lorsqu’ils n’avaient rien et ont construit leur foyer en partant de zéro.

Des souvenirs qu’elle évoque avec amertume, puisque son mariage n’est plus. Une autre épreuve difficile, suite au décès de sa fille Nihad.

« Je demande pardon à mon mari et père de mes enfants devant tout le monde, » ajoute-t-elle. La chanteuse avait accusé son ex-époux, Houari Baba, d’être derrière son départ d’Algérie.

Selon elle, l’ancien patron du MCO l’aurait harcelée, intimidée et aurait accaparé de sa fortune pour la nuire. De graves allégations qu’elle est venue réfuter par la suite, en s’excusant auprès de son ex-mari.

Condamnée à un an de prison pour deux affaires 

Poursuivie en justice pour une affaire de fraude et d’escroquerie, la chanteuse algérienne fait également l’objet d’une autre accusation liée au délit d’atteinte à la liberté individuelle.

Elle a été condamnée à une année de prison ferme par contumace. Cheba Kheira avait comparu devant le juge du tribunal de la commune d’Aïn El Turk à Oran.

C’est au moment de la prononciation du verdict de son jugement que la chanteuse de raï avait quitté clandestinement, avec ses trois enfants adoptifs, l’Algérie pour la France, puis la Belgique.

C’est à bord d’une embarcation de fortune qu’elle a souhaité tourner la page et commencer un nouveau chapitre dans sa carrière professionnelle et dans sa vie personnelle.

« J’ai été condamnée à tort dans mon pays. On a prononcé une peine d’un an de prison à mon encontre pour quelque chose que je n’ai pas fait, » pleure Cheba Kheira.

 « On a détruit mon foyer, on m’a séparée de mes enfants et des gens que j’aime, » regrette la chanteuse, qui exprime toutefois son souhait de rentrer en Algérie auprès de sa famille. 

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus