1. Accueil
  2. Actualités
  3. L’accès aux plages d’Alger est-il vraiment gratuit ?
Actualités

L’accès aux plages d’Alger est-il vraiment gratuit ?

Selon le ministre de l’Intérieur Noureddine Bedoui, les plages seront gratuites pour les Algériens cet été.Qu’en est-il vraiment sur le terrain ? Pour en avoir le cœur net, direction quelques plages du littoral ouest de la capitale. La réalité est tout autre. Les familles qui se hasardent sur le chemin de la plage sans argent ou chapeau en payeront les frais.

Samedi 30 juin, 11 heures. Plage de Palm Beach juste après Sidi Fredj. Un grand panneau à l’entrée du parking affiche les prix. Véhicules légers : 150 da, bus : 300 da, camionnettes et minibus : 300 da.

© VVA


La plage est plantée d’une forêt de parasols. Un groupe de jeunes gère les locations.Car ici, faire trempette n’est pas gratuit. « Il reste 3 tables avec des chaises » nous informe l’un d’entre eux. « C’est 500 da la journée ! ».

Sur la plage, aucune place de libre. Les parasols flanqués de tables et de chaises en plastiques sont tous collés afin de rentabiliser chaque empan de sable. Il n’existe aucune intimité entre les estivants.

© VVA


Arrivant avec un parasol sous le bras, un père de famille nous apprend qu’il est obligé de planter son parasol à l’arrière-plan de la plage puisque tous les espaces sont occupés, par ces concessionnaires qui ne disent pas leur nom. « Je me demande comment je vais surveiller mes enfants pendant qu’ils se baignent », s’inquiète-t-il.

© VVA

Par ici la caisse !

À une quinzaine de mètres à peine, même topo. Des tables, parasols et chaises en plastique encombrent la plage. Pas l’ombre d’une place pour s’installer à moins de mettre la main à la poche. Nous faisons mine de chercher une table. Le plagiste vient à la rescousse.

« Bonjour. Installez-vous là. Ça vous reviendra 1000 da pour le parasol, la table et les 4 chaises ». D’une concession à une autre, les prix fluctuent, selon la tête du client. Pourtant, nous avons à peine parcourus quelques mètres. Tout ce trafic se fait au nez et à la barbe des gendarmes qui patrouillent partout.

À environ 500 m de Palm Beach, Azur plage. Tables, chaises et parasols sont plantés sur toute la plage. Des familles entières y sont installées. Aucune serviette sur le sable pour s’allonger et bronzer. Les estivants sont assis sur leurs chaises à l’ombre des parasols. Les mamans regardent leurs enfants se baigner avec leurs époux. Nous demandons s’il reste des tables libres « Oui. C’est 600 da la journée », nous annonce le plagiste.

Premiers arrivés, premiers servis

Cap sur la Plage Familiale 1, dite “l’abattoir” à Zeralda. Le préposé au parking ainsi que les plagistes portent des gilets jaunes frappés du sigle OPLA (Office des parcs de sports et loisirs d’Alger).

Le parking est payant. Les prix sont clairement affichés. 150 da le ticket pour un véhicule léger. Sur cette plage, les parasols sont gratuits mais il faut se lever aux aurores pour en bénéficier. Premiers arrivés, premiers servis.

« La wilaya d’Alger nous donne très peu d’équipements. 30 parasols et 40 tables. À 8h30 ce matin, il n’y avait plus rien à proposer aux nouveaux arrivés », nous apprend Daoud, l’un des chefs de groupe. Et d’ajouter : « Il y a plein de gens qui ont entendu dans les médias que l’accès aux plages était gratuit. Ils affluent ici en masse mais ne trouvent ni parasols ni tables. Alors ils tournent les talons vers une plage où il y a des concessions payantes ».

© VVA


Justement, une famille arrivée à cet instant, constate avec surprise qu’aucune table ni parasol ne sont disponibles. Les plagistes n’ont que des chaises à leur offrir. « Nous n’allons tout de même pas prendre le risque d’attraper une insolation ! », lâche le chef de famille avant d’ordonner à sa tribu de remonter dans la voiture.

Verdict : l’accès aux plages n’est pas gratuit. Il faut s’acquitter d’un ticket de parking de 150 da puis, selon les plages, débourser entre 500 da et 1000 da pour s’installer à l’ombre d’un parasol.

Quant aux plages dites gratuites, elles offrent un nombre d’équipements limité (parasols, tables et chaises). Le week- end, ces espaces sont pris d’assaut par les familles très tôt le matin. Pour ceux qui débarquent avec leur propre attirail, mieux vaut le faire à 6h du matin afin de choisir un emplacement pied dans l’eau. Sinon, il faut se contenter de l’arrière-plan de la plage, avec une vue imprenable sur les parasols. Un grand décalage entre les instructions du ministre de l’Intérieur, celles du wali d’Alger et la réalité.


Kenza Adil

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus