1. Accueil
  2. Visas et Immigration
  3. Le récit d’un jeune algérien, victime du système d’immigration français
Visas et Immigration

Le récit d’un jeune algérien, victime du système d’immigration français

Ils sont nombreux, les Algériens à vouloir poursuivre leurs études à l’étranger notamment en France où les étudiants venus d’Algérie se comptent par dizaines de milliers.

À la fin de leur cursus, certains choisissent de rentrer en Algérie et d’autres de rester dans le pays d’accueil pour y poursuivre une carrière professionnelle. Beaucoup d’entre eux se heurtent toutefois à des problèmes administratifs liés notamment au changement de statut.

C’est le cas d’Abdelkader, un jeune Algérien qui a atterri en France en 2010 pour poursuivre ses études. Après avoir décroché un master en marketing, le jeune diplômé souhaite rester en France.

Une injustice

Sur Europe 1, où il a raconté son cas, le jeune homme évoque ce qu’il qualifie d’injustice. « En tant qu’Algérien, malheureusement, on n’a pas beaucoup de facilités. Il faut faire des démarches pas très avantageuses ni pour l’étudiant ni pour l’employeur », explique Abdelkader.

En France, les Algériens sont régis par l’accord franco-algérien de décembre 1968. Ce dispositif présente certains avantages mais également des inconvénients par rapport à d’autres nationalités.

Le jeune étudiant algérien voulait changer de statut pour commencer à travailler à Strasbourg, dans l’est de la France, où il avait pu obtenir une promesse d’embauche. Abdelkader raconte avoir travaillé pendant deux mois avec son titre de séjour étudiant chez son employeur, mais ce dernier ne l’a pas soutenu dans ses démarches.

« L’employeur n’était pas honnête. Je me suis retrouvé dans une situation irrégulière. J’ai pris contact avec les associations qui m’ont mis en relation avec une avocate », poursuit Abdelkader.

Une nouvelle demande de régularisation

Le jeune algérien dépose une demande de régularisation qui a été refusée par la préfecture du Bas-Rhin, avant que le juge ne décide de suspendre la décision du préfet. Le cas d’Abdelkader atterrit au tribunal administratif puis à la cour d’appel de Nancy. Trois longues années de procédures durant lesquelles le jeune étudiant ne pouvait pas travailler, malgré plusieurs propositions.

Le jeune homme explique avoir tenté une nouvelle démarche de « régularisation par le travail ». Abdelkader devrait être fixé sur son sort en septembre prochain.

« Ce que je trouve injuste, c’est qu’on ne facilite pas la tâche de ceux qui méritent », souligne Abdelkader, qui critique le système d’immigration français qu’il estime être une cause de précarité.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus