1. Accueil
  2. Voyages et Tourisme
  3. Les destinations à visiter en 2021, selon le New York Times
Voyages et Tourisme

Les destinations à visiter en 2021, selon le New York Times

Le New York Times a publié, samedi 9 janvier, une liste de 52 destinations à visiter à travers le monde lorsque la pandémie du coronavirus connaîtra son épilogue.

En Égypte, c’est l’Oasis de Siwa qui est évoquée. En Espagne, le projecteur est mis sur Cordoue ainsi que sur le Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. Au Maroc, c’est la Médina de Marrakech qui est mise à l’honneur tandis que la Grèce est représentée dans cette liste à travers l’île d’Andros.

D’autres destinations situées en Inde, en Finlande, aux États-Unis, en Nouvelle Zélande, au Pérou, au Burkina Faso, en Jordanie, au Sénégal, au Costa Rica ou encore aux Philippines sont présentes dans la liste des 52 destinations à visiter après la pandémie. Pour chacune des destinations, le New York Times a donné la parole à ses lecteurs pour évoquer ces endroits.

Articles en Relation

Égypte : « Siwa hante mes rêves »

 « Siwa hante mes rêves. Cette oasis, loin dans la grande mer de sable de l’ouest de l’Égypte, à près de 600 kilomètres du Caire sur des routes désertiques solitaires, est un lieu de panoramas infinis et de conversations intimes », relate une lectrice du journal américain au sujet de l’Oasis de Siwa.

« Quand je dis que ça hante mes rêves, je le pense. Je me retrouve souvent dans mes rêves à marcher à travers les vergers de dattes la nuit devant les lacs, dans le désert, sentant presque le sable frais dans mes pieds fatigués alors que je m’interroge sur les étoiles. Je me réveille toujours avec un sentiment de calme et de clarté », détaille-t-elle.

Espagne : Cordoue, « un rêve devenu réalité »

Un autre lecteur évoque en mots élogieux la ville espagnole de Cordoue. « Il y a une coexistence magique de la culture arabe, juive et chrétienne à Cordoue, et la ville compte plus de sites du patrimoine mondial de l’UNESCO que tout autre. Mais ce ne sont pas seulement les beaux bâtiments qui vous ensorcèlent. Les rues étroites au printemps dégagent une odeur de jasmin et de fleurs d’oranger, et une fois par an, les habitants de la ville ouvrent les cours intérieures de leur maison, révélant des jardins complexes et des aperçus intimes de leur vie privée », relate-t-il.

« Les voyageurs en Espagne oublient souvent de faire un arrêt ici. Les touristes vont à Barcelone ou à Séville pour voir le flamenco. Les gens ne connaissent pas l’histoire de Cordoue. Pour moi, la ville est un rêve devenu réalité », affirme le lecteur.

Médina de Marrakech

La médina de Marrakech est contée par une expatriée américaine tombée amoureuse de ce lieu. « J’ai quitté la médina de Marrakech il y a deux ans et cette lettre d’amour est dans mon cœur depuis. J’enseignais dans une université de Marrakech, et en deuxième année j’ai trouvé un appartement qui répondait à tous mes besoins : c’était au fond de la médina, la vieille ville, avec une terrasse sur le toit », relate la lectrice du Times.

« À l’intérieur de la médina, il y a toujours ce bruit de fond – des tambours et des danses et le son de milliers de personnes qui passent. Il y avait, je pense, sept mosquées en vue de ma terrasse, et cinq fois par jour l’appel à la prière partait de chacune d’elles à quelques secondes d’intervalle, comme une bataille de voix », décrit-elle, ajoutant : « J’ai un billet pour le Maroc en février – je ne suis pas sûre de pouvoir encore l’utiliser, mais je garde ce billet de tout mon cœur ».

Grèce : l’île d’Andros

Enfin, une lectrice décrit sa relation particulière avec l’île grecque d’Andros, d’où est originaire sa famille. « Je suis allée pour la première fois à Andros, l’île d’où est originaire ma famille, en 1992, l’été avant de commencer le lycée. C’était magique. Mon cousin Yanni et moi étions partis, jour et nuit. Nous nous réveillions le matin et allions nager, et dansions toute la nuit avec les nouveaux amis que nous nous étions fait. L’île était pleine de vie », raconte-t-elle.

« J’y suis retournée en 1996 et Yanni avait un cancer. Et même si je me souviens de 1992 comme si c’était hier (ce que je portais, où nous allions), je ne me souviens pas vraiment de ce deuxième voyage. Yanni allait et venait de l’hôpital, recevant une chimiothérapie. Il est mort un an plus tard », relate la lectrice.

« En 2017, je suis retournée avec mes enfants et j’ai été soulagée de voir l’île pratiquement inchangée, même s’il y avait des choses que je n’avais pas remarquées auparavant, comme un musée d’art moderne et un cinéma montrant des films vintage. C’est le même endroit chaleureux et accueillant, et l’air sent les fleurs. Maintenant, mes enfants ont hâte d’y retourner », conclut-elle.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus