1. Accueil
  2. Actualités
  3. « Les vacances à Alger, c’est l’ennui total »
Actualités

« Les vacances à Alger, c’est l’ennui total »

Depuis le début des vacances d’hiver, c’est le rush sur l’esplanade de Riadh El Feth (El Madania). Cet espace ne désemplit pas. La grande esplanade a des allures de fête foraine.

Toboggans pneumatiques géants (100 da les 10 mn), cinéma (300 da la projection) et petites voitures fonctionnant avec une pédale d’accélérateur (100 da le petit tour). Conduire une Mercedes, un quad ou une moto, attire beaucoup de bambins.

Toutefois, poser le pied sur l’accélérateur de ces véhicules miniatures a un prix. Et quand la fratrie se compose de plusieurs membres, les parents réfléchissent à deux fois avant d’aller vers ce genre d’attraction. Faiza, mère de 3 enfants âgés entre 6 et 10 ans, a réservé un budget spécial pour cette sortie. « Mes enfants ont choisi de faire un tour en voiture. Cela me revient à 300 da pour les trois. Ils auront ensuite 10 mn de toboggan pour 100 da chacun. Aujourd’hui c’est un peu la fête puisque nous avons déjeuné dans une pizzeria. Il est clair qu’ils passeront le reste des vacances à la maison. Ce genre de sortie revient cher ».

Baby-foot et manège

Pour jouer au baby-foot, trampoline, tennis de table ou faire un tour de manège, il faut rejoindre l’intérieur du centre commercial, juste à côté du cinéma Cosmos. Des ribambelles d’enfants s’en donnent à cœur joie. Difficile de se frayer un chemin tellement cet espace est encombré d’attractions. Les préposés au guichet ne savent plus où donner de la tête. Malgré le prix : 100 da le ticket par jeu, pour 10 mn seulement, il y a foule. Un papa dispute une partie de baby-foot avec son fils âgé de 7 ans. « J’ai pris mon après-midi pour sortir le petit et lui permettre de s’amuser un peu. Il y a pas mal de jeux ici, quoi que ça reste cher » regrette-t-il.

Où aller et pour quel budget ?

Direction le parc de la Liberté (Ex-Galland). En cet après-midi ensoleillé, ce jardin est très animé. Des jeunes jouent à la guitare. Des enfants, jettent des morceaux de pains aux canards. Salima a organisé cette sortie pour permettre à ses deux filles de 9 et 12 ans de se changer les idées.

« J’habite du côté des Tagarins. Il n’y a aucun espace de loisirs aux alentours. Ni centre d’animation, ni cinéma, ni théâtre. J’ai dû prendre un taxi avec mes filles pour venir jusqu’ici. Même cette petite sortie a un coût. Entre le taxi, les jus, les biscuits et les autres friandises, je vais en avoir pour facilement 1500 da l’après-midi. »

Adolescents en manque de loisirs

L’aire de jeux de ce jardin est prise d’assaut par des petits enfants accompagnés par leurs mamans. Assis sur les marches d’un petit escalier, un groupe de quatre collégiens jouent à la belote. « C’est la première fois qu’on sort depuis le début des vacances. Il n’y a pas où aller, mis à part aller manger dans une pizzeria ou s’attabler dans un café -lounge. Comme on n’est pas des fils à papa, on est fauché. Les vacances à Alger, c’est l’ennui total. On s’est donné rendez-vous sur les réseaux sociaux pour s’aérer un peu la tête ».

Jardin Tifariti, trampoline et barbe à papa

Un autre espace vert attire foule pendant ces vacances d’hiver : le jardin Tifariti. Des attractions y ont été installées. Petit train (50 da pour 3 tours), Toboggan pneumatique (100 da pour 15 mn), trampoline (100 da pour 15 mn), manège : 50 da. Après les jeux, les enfants s’achètent des barbes à papa (40 da). Pour ne rien débourser, il faut faire la queue du côté des balançoires. Et il n’y a pas que les petits qui en profitent. Trois adolescentes s’esclaffent en essayant de lancer la balançoire le plus haut possible.

« Nous sommes lycéennes et nous n’avons pas d’autres distractions à part profiter de ce jardin » confient-elles. Nous n’avons pas un gros budget pour ces vacances. Voir un film du box-office à la salle Ibn Khaldoun, revient à 700 da le ticket. Nous avons déjà eu droit aux manèges de Dream Park des Pins Maritimes. 450 da les 4 manèges ! L’argent file très vite. En réalité, c’est très cher pour un jeune de se distraire à Alger. Résultat : nous passons le plus clair de notre temps, enfermées à la maison, à échanger sur les réseaux sociaux ».

Le Musée National du Bardo a initié des ateliers gratuits de lecture et d’écriture Tifinagh pendant ces vacances scolaires. « J’ai inscrit mes deux enfants à ces cours gratuits. Cela leur permet de s’amuser tout en apprenant. En tant que maman, je souhaiterais que ce genre d’activités se généralise à tous les quartiers car nos enfants manquent cruellement de loisirs, toute l’année d’ailleurs. Les occuper durant les vacances avec des activités saines s’avère être un véritable casse-tête chinois».

Quand les parents ne sont pas en vacances

De nombreux parents travaillent et n’ont pas la possibilité de sortir leurs enfants en semaine. Certains sont confrontés au problème de garde. « Je suis obligée de réveiller ma petite fille de 6 ans, tous les matins afin de la déposer chez sa grand-mère » nous confie une jeune maman. « A son âge, elle ne peut pas rester seule à la maison. Ce n’est pas tous les parents qui ont la chance d’avoir quelques jours de vacances en même temps que leurs enfants ».

Entre problème de garde, absence de distractions gratuites et manque de loisirs, cette parenthèse hivernale semble sonner comme une frustration pour les jeunes vacanciers. Du sport, de la natation, de la danse, de la musique, des activités en plein air, des spectacles …ils auraient aimé pouvoir remplir leur journée avec ce genre d’activité inexistantes hélas ou tellement onéreuses qu’elles ne profitent qu’à une certaine minorité.


Kenza Adil

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus