1. Accueil
  2. Actualités
  3. Maroc : la saison touristique a été désastreuse
Actualités

Maroc : la saison touristique a été désastreuse

Alors que l’été touche à sa fin, le Maroc commence à faire le bilan d’une saison touristique désastreuse. L’absence de touristes étrangers et la hausse des contaminations au Covid-19 ont porté un coup dur à un secteur clé de l’économie du Maroc.

Depuis plusieurs jours, le Maroc fait face à une recrudescence des cas d’infection au coronavirus. Jusqu’au dimanche 23 août, le nombre de cas confirmés s’est élevé à 52.349. Résultat : alors que l’été touche à sa fin la saison touristique a été désastreuse.

Les touristes étrangers ont été absents à cause de la fermeture des frontières aériennes et maritime. Les restrictions liées aux voyages ont également empêché nombre de Marocains résidents à l’étranger (MRE) de venir passer leurs vacances au pays. Ces deux catégories sont les principaux clients des hôtels et des établissements touristiques du royaume.

D’ailleurs, les hôtels ont été particulièrement touchés par cette crise. Selon le journal marocain L’Économiste, les hôtels à Marrakech ont enregistré un taux d’occupation ne dépassant pas les 15 %, et ce pour les établissements qui ont essayé d’attirer le plus de clientèle avec un marketing agressif. « C’est mieux que rien », confie un hôtelier à la même source.

Seuls 39 hôtels ont ouvert à Marrakech

La majorité des établissements ont préféré rester fermés, faute de clients. Ces hôtels de luxe et palaces, qui visent les touristes étrangers, n’ont réalisé aucun chiffre d’affaires pendant la saison touristique de 2020.

Pu total, il n’y a que 39 hôtels, sur 450, qui ont ouvert leurs portes à Marrakech. Parmi eux, les hôtels Kenzi, le Radissson, Rotana Golf, le Sofitel…, avec un taux d’occupation ne dépassent pas les 10 %, précise l’Economiste. Mais les grands palaces comme le Royal Mansour, le Four Season, la Mamounia (qui est en travaux) sont restés fermés.

Quant aux maisons d’hôtes, qui se trouvent un peu partout dans la ville de Marrakech, peu ont pu rouvrir. Les restrictions imposées par les autorités, comme les contrôles, l’interdiction de circulation et la fermeture de plusieurs quartiers ont coupé court aux activités des maisons d’hôte, et au tourisme dans Marrakech, qui est l’une des villes les plus touchées par la pandémie.

Crise économique et reconfinement au royaume

Les professionnels du secteur touristique comptent désormais sur l’aide de l’État pour ne pas mettre la clé sous la porte. En effet, des aides de 2000 dirhams (184 euros) sont prévues pour les salariés, à la condition que l’entreprise qui les emploie maintienne 80 % de son personnel. Les guides touristiques vont aussi bénéficier de la même aide, sous certaines conditions.

Le Maroc, qui semblait contenir l’épidémie de coronavirus il y a encore quelques semaines, a vu le nombre de cas augmenter après le déconfinement entamé en juin. Avec plus de 1000 cas par jour enregistrés depuis une semaine, la saison touristique de 2020 est clairement terminée. L’état d’urgence sanitaire est encore en vigueur jusqu’au 10 septembre, et le gouvernement marocain a annoncé la fermeture des plages à Tanger, à Salé, à Rabat et à Casablanca, rapportent les journaux locaux.

Le Maroc veut faire renaitre le tourisme interne

Aujourd’hui le gouvernement marocain souhaite favoriser le tourisme local, en instaurant les chèques-vacances.

Cette initiative, qui sera proposée au Parlement marocain, consiste à accorder des avantages et primes aux salariés sous forme de chèque-vacances. Ces derniers permettent d’accéder aux services de transport, d’hôtellerie et de restauration, ce qui va permettre de stimuler l’économie, rapporte le média marocain Bladi.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus