Montant en devises à déclarer : le gouvernement dit vouloir lutter contre le marché parallèle

Le :

Dans quelques jours, une fois la Loi de finances complémentaire votée et promulguée, le montant en devises soumis à obligation de déclaration à la Douane, pour les voyageurs au départ ou à l’arrivée d’Algérie, repassera de 5000 euros (ou équivalent en devises) à 1000 euros (ou équivalent en devises).

 

Pourquoi avoir réduit le montant ? Après le Directeur général des Douanes la semaine dernière, c’était au tour du ministre des Finances Abderrahmane Raouya de fournir, ce mardi, une explication aux députés de l’Assemblée populaire nationale (APN).

 

Marché parallèle

 

Selon M. Raouya, cette mesure vise à lutter contre le marché parallèle et à contrôler le mouvement des capitaux en devises. Il a également expliqué que la hausse du montant soumis à une déclaration obligatoire avait provoqué une baisse des dépôts en devises des particuliers au niveau des banques. Le ministre n’a pas fourni de chiffres sur cette baisse.

 

La semaine dernière, le DG des Douanes avait reconnu que le seuil fixé à 5000 euros a été favorablement accueilli par les citoyens mais la nouvelle réalité économique du pays ne permet pas de le garder.

 

La situation financière actuelle impose un durcissement de la circulation des flux en devises, mais si la situation économique venait à s’améliorer, le seuil sera revu, a-t-il promis devant les députés.

 

Des députés mécontents

 

Certains députés ont critiqué la nouvelle mesure. Pour eux, le passage à 5000 euros a permis d’éviter bien des désagréments aux Algériens se rendant à l’étranger en permettant de couvrir leurs besoins en devises.

 

Elle a, selon eux, permis à ceux qui ont été bloqués dans des pays étrangers suite à la suspension des liaisons aériennes à cause de la pandémie du coronavirus, de faire face aux frais induits par la situation et de préserver leur dignité.

 


Samira C.

Partager sur :
Quoi de neuf ?