1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Prix des billets : les chiffres et les arguments d’Air Algérie
Air Algérie

Prix des billets : les chiffres et les arguments d’Air Algérie

Les voyageurs algériens l’attendaient depuis un long moment, c’est désormais acquis. Il y aura une augmentation des vols internationaux vers l’Algérie dans les prochains jours.

On attend de connaître les créneaux qui seront touchés par la hausse des vols. Le nouveau programme des vols devrait prendre en considération la demande pour y répondre de manière efficace.

Selon la logique de l’offre et de la demande, la hausse du nombre de vols pourrait impacter positivement les prix des billets notamment dans le sens au départ de l’étranger vers l’Algérie. Actuellement, les prix sont très élevés, notamment au départ de la France.

Le Maroc moins cher que l’Algérie ? Les explications d’Air Algérie

Auditionné cette semaine par la commission des affaires étrangères au niveau de l’Assemblée populaire nationale, le DG par intérim d’Air Algérie, Lamine Mesraoua, est revenu sur la question des tarifs.

« Il y a onze classes différentes en économique. J’entends des gens dire qu’ils ont trouvé des vols Paris-Casablanca à 30 €, mais il s’agit d’une seule place dans l’avion pas la totalité des billets », a-t-il tenu à préciser.

Lamine Mesraoua a ensuite énuméré les charges financières que paie Air Algérie et qui sont comprises dans les prix du billet d’avion pour défendre certains tarifs élevés.

« Est-il possible de mobiliser un Airbus sur Paris pour des billets à 30 € ? Nous payons 18 000 da de taxes par passagers. Il y a la redevance sur les passagers sur la sécurité. La passerelle où passent les passagers à Alger coûte 1300 dinars algériens par personne. À Paris, aussi, elle est payante. La société de sécurité qui fait les contrôles ça se paie aussi et c’est inclus dans le prix du billet », explique le DG d’Air Algérie à ce sujet.

Interrogé par une citoyenne qui affirme avoir payé 1300 € pour un billet entre Paris et Alger, le DG d’Air Algérie a émis des doutes. « Notre billet Paris – Alger est à 647 €. C’est impossible. C’est peut-être chez Air France. Même en First classe, il est à 900 € environ. Durant la même période de décembre à mars en 2019 nous avions transporté 06 millions de passagers. On en est à 600 000 actuellement sur la même période. C’est 10 % seulement. La demande est beaucoup plus importante que l’offre », a-t-il argumenté à ce sujet.

Air France et Transavia : les piques du DG d’Air Algérie

Le DG par intérim d’Air Algérie n’a pas hésité à envoyer de petites piques aux compagnies aériennes concurrentes sur le marché des vols entre l’Algérie et la France.

« C’est la loi de l’offre et la demande qui exige que les tarifs élevés soient pratiqués. Par exemple, Air France applique le double de notre tarif. Transavia, la même chose », a lâché Lamine Mesraoua.

Le DG d’Air Algérie a promis une baisse des prix avec l’augmentation du nombre de vols. « Par contre, une fois qu’on a plus de fréquences, on va multiplier notre grille tarifaire de sorte à faire baisser les prix. L’idéal pour nous, c’est d’envoyer des avions avec aucun siège vide », a conclu le premier responsable d’Air Algérie concernant les tarifs élevés.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus