1. Accueil
  2. Actualités
  3. Quel est l’impact de la flambée de l’euro sur les vacances des Algériens ?
Actualités

Quel est l’impact de la flambée de l’euro sur les vacances des Algériens ?

Sale temps pour les vacanciers. La flambée de l’euro sur le marché parallèle met à rude épreuve leur budget- vacances. Les tours opérateurs sont formels : La dépréciation du dinar par rapport à l’euro entraîne des annulations ou des réajustements par rapport aux vacances de l’été 2017.

Les clients qui sollicitent les agences touristiques rognent la durée du séjour et misent sur des hôtels moins étoilés afin de retomber sur leurs pattes. En dépit des augmentations du prix des séjours en Tunisie, ce pays limitrophe demeure la destination phare des Algériens.

Douche froide

Les réservations sont en nette baisse cet été, principale conséquence de l’augmentation vertigineuse du prix de l’euro chez les cambistes, comme nous le confirme Abderezak Benyouci, directeur de South Star Travel (Alger centre).

« L’impact de la flambée de l’euro est foudroyante. Les prix des séjours ont accusé un bond que les voyageurs ne comprennent pas toujours », affirme-t-il.

Les Algériens avaient l’habitude de se ruer en masse vers la Tunisie. Mais les promotions dont ils bénéficiaient ne sont plus d’actualité. En cause : le retour en force des touristes européens : britanniques, russes, français, à la faveur des conditions sécuritaires retrouvées dans ce pays. Une clientèle à fort pouvoir d’achat qui ne voyage pas uniquement durant la haute saison mais tout au long de l’année. Plus besoin d’attirer les touristes algériens par des prix compétitifs.

Selon Abderezak Benyouci, ces augmentations ont l’effet d’une douche froide chez les clients. « L’augmentation de l’euro sur le marché noir décourage les voyageurs. A titre d’exemple, une famille composée d’un couple et de deux enfants pouvait s’offrir de bonnes vacances en Tunisie, dans un hôtel 4 étoiles, autour de 1000 euros, ce qui correspond, après reconversion à 215 000 da environ. Aujourd’hui, il faut compter le double de cette somme et même un peu plus pour le même type de séjour. Des clients venus se renseigner ont quitté notre agence dépités. Pour une somme pareille, ils préfèrent encore tenter des destinations plus lointaines affirment-ils. Une cause à effet induite par la dévaluation du dinar face à l’euro ».

Budget vacance réduit

La flambée de la devise est au centre des discussions dès que l’on évoque les vacances à l’étranger. Mustapha Bendali Braham, directeur de l’agence NetRésa (Telemly) abonde dans ce sens.

« La Tunisie, destination phare des Algériens, n’est plus au même prix que l’été dernier. Avec le retour des marchés classiques comme la Russie, la Grand-Bretagne ou la Belgique, les hôtels balnéaires tunisiens font le plein et n’ont plus besoin de faire les yeux doux aux Algériens en cassant les prix, comme ils le faisaient les années précédentes », explique-t-il.

L’impact de l’augmentation de l’euro sur le budget vacances des Algériens est palpable. « En tant que voyagiste, nous le constatons tous les jours. Une petite famille qui a l’habitude de débourser 300 000 da pour une dizaine de jours à Hammamet (Tunisie) par exemple, va réduire le nombre des nuitées et se rabattre sur un hôtel de moins bonne qualité », ajoute-t-il.

En revanche, en dépit des augmentations des séjours cet été par rapport à l’année dernière, les Algériens optent toujours pour la Tunisie qui reste moins chère, comparée aux autres destinations. « Les Algériens ne comptent pas bouder leur plaisir. Ils voyageront cet été, en réduisant la durée de leur séjour et la qualité d’hébergement afin de palier à un budget rudement escamoté. »

Moins de jours de vacances et des hôtels de petites gammes, mais des vacances quand même. L’Algérien ne voyage qu’en été mais il entend bien boucler ses valises pour quelques jours de vacances, en dépit de la flambée de l’euro.

Par : Kenza Adil

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus