Quotas d’immigration économique : un système déjà utilisé dans plusieurs pays (vidéo)

Le :

Le gouvernement français va instaurer des quotas pour l’immigration économique, un système qui est déjà appliqué dans certains pays.

 

Plusieurs pays ont en effet déjà recours à des politiques de quotas d’immigration économique, explique BFM TV, qui cite, entre autres, le Canada, les États-Unis ou encore le Japon. Certains pays européens se sont également inspirés de ce système.

 

Voici quelques exemples de pays qui appliquent ces quotas, cités par BFM TV :

 

  • Les États-Unis : il faut avoir une « green card » pour travailler dans le pays. Le gouvernement américain en distribue 55 000 chaque année, avec des quotas par pays et non par métier, explique BFM TV, qui précise que pour obtenir cette carte, il faut s’inscrire à la loterie dans un pays éligible et être natif de ce pays.

 

Il y a également le visa H1B, réservé aux emplois « qualifiés ou spécialisés », un visa qui est valable trois ans et renouvelable une seule fois, indique la même source.

 

  • Le Canada : le pays fixe chaque année le nombre d’immigrés qui peuvent venir y travailler selon un système de points, précise BFM TV. Ce nombre était de 330 000 en 2019. Pour être admis, les candidats doivent obtenir le plus de points possibles selon des critères définis liés à l’âge, la situation familiale ou la profession, détaille le média.

 

Il faut également remplir certains critères, comme par exemple être issu d’un pays éligible, parler anglais ou français, avoir un diplôme dans un domaine qui figure sur une liste de 347 métiers… etc.

 

  • Le Japon : deux nouveaux visas ont été mis en place cette année pour faire face à la pénurie de compétences qui peut affecter la croissance économique du pays, selon BFM TV. L’objectif est d’attirer 345 000 travailleurs étrangers pour des durées limitées et des secteurs précis, explique la même source, qui cite RFI.

 

Qu’en est-il de l’Europe ?

 

Selon le site Toute l’Europe, l’Union européenne peut « définir les conditions d’entrée et de séjour des immigrants légaux », depuis le traité d’Amsterdam en 1997, poursuit BFM TV. Pour les pays hors UE qui n’ont pas conclu d’accords avec l’Union européenne, « le droit de travailler dans un pays de l’UE dépend principalement de la législation de l’État membre en question », explique de son côté la Commission européenne.

 

Depuis 2009, la carte bleue européenne est délivrée aux travailleurs hautement qualifiés, leur permettant de résider dans un pays de l’UE, ajoute BFM TV. Mais chaque pays de l’Union européenne a ses propres règles pour faciliter le recrutement de la main d’œuvre étrangère qualifiée, note la même source, qui précise qu’une dizaine de pays utilise déjà le système des quotas.

 

Par exemple, l’Estonie restreint le nombre de travailleurs étrangers à 0,1% de sa population (1315 personnes cette année), selon BFM TV.

 

L’Autriche a mis en place un système de points pour 45 métiers, avec un visa de 24 mois pour les ressortissants de pays hors UE, explique le média. Ces travailleurs peuvent aller en Autriche avec leur famille à condition qu’elle parle allemand avant d’arriver dans le pays.

 

La République Tchèque applique de son côté une politique de quotas, en particulier pour les travailleurs qui viennent d’Ukraine, indique la même source. Le Portugal prévoit également un système de quotas selon ses besoins en main d’œuvre.

 

 


 

Source vidéo : BFM TV

Partager sur :
Quoi de neuf ?
Visa Schengen : la Finlande utilise la nouvelle vignette visa de l’UE
Une nouvelle vignette visa est désormais utilisée par les missions consulaires de la Finlande, indique un communiqué du gouvernement finlandais, paru le 13 novembre 2019. « Toutes les missions finlandaises à l’étranger et les organisations délivrant des visas, y compris les Gardes-Frontière,...
Un groupe de touristes étrangers visite Béchar (images)
Un groupe de touristes ukrainiens et indiens a visité Béchar du 14 au 16 novembre dernier, a indiqué l’ONAT sur sa page Facebook.   Au programme de ce séjour : « hébergement à la résidence ONAT Igli, visites et...