1. Accueil
  2. Visas et Immigration
  3. Regroupement familial en France : la pression monte sur le gouvernement
Visas et Immigration

Regroupement familial en France : la pression monte sur le gouvernement

Depuis mars dernier, les Consulats français ne délivrent plus de visas aux étrangers concernés au regroupement familial. Pourtant, en France, les dossiers sont toujours instruits par les préfectures. Des autorisations de regroupement familial sont délivrées mais les candidats se heurtent à un blocage une fois arrivés à la dernière phase : l’obtention du visa.

Le regroupement familial est un terme utilisé pour désigner l’union par le mariage entre deux étrangers, dont un résident en France. Depuis mai dernier, avec le premier déconfinement, la France délivre des visas aux conjoints de Français, aux étudiants, mais toujours pas aux candidats au regroupement familial. Ils ne figurent pas sur la liste des personnes autorisées à voyager en France. Ils n’ont donc pas droit au visa.

Des centaines de familles concernées

Selon le journal Le Monde de ce vendredi 27 novembre, plusieurs centaines de familles ayant obtenu le feu vert pour un regroupement familial sont toujours séparées faute de visa pour le conjoint résident à l’étranger. Le journal relate les témoignages d’étrangers concernés, comme Kahina, une Algérienne qui a donné, seule, naissance à sa fille à l’hôpital Cochin à Paris alors que père est toujours bloqué en Algérie malgré l’avis favorable de la préfecture délivré le 10 juillet dernier.

Articles en Relation

Interrogé par Le Monde, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a confirmé le blocage. Les candidats au regroupement familial ne « font pas partie des publics prioritaires », a-t-il dit, sans donner de date pour une éventuelle reprise des traitements des demandes de visa pour cette catégorie. Tout dépendra de la situation sanitaire, a-t-il dit.

Mobilisation et action en justice

Face à cette situation, les concernés se mobilisent et dénoncent « le deux poids, deux mesures ». Ils sont soutenus par des associations des élus, comme le député Hubert Julien-Laferrière. Ce dernier qui dénonce, dans Le Monde, « une rupture d’égalité », a écrit au ministre de l’Intérieur. Mais il n’a toujours pas reçu de réponse.

En plus des lettres envoyées au gouvernement, des familles ont intenté des actions en justice. Elles ont obtenu gain de cause avant même le procès.

« Avant même la tenue des audiences, le ministère de l’Intérieur a demandé aux consulats concernés d’instruire les demandes de visas », explique le journal français. « Ils débloquent des situations au compte-gouttes et poussent les gens à faire des recours s’ils veulent voir leur situation évoluer », déplore l’avocat Me Odin.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus