1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Reprise des vols : jusqu’à 8 h d’attente dans les aéroports
Air Algérie

Reprise des vols : jusqu’à 8 h d’attente dans les aéroports

La reprise des voyages pour les Algériens était très attendue. Elle débutera le 1er juin prochain. Air Algérie propose des vols en aller-retour de et vers quatre pays : la France, l’Espagne, la Turquie et la Tunisie.

Les voyageurs sont impatients de pouvoir reprendre des vols pour se rendre à l’étranger ou en Algérie, toutefois ils risquent de le payer très cher en… temps. La cause ? Les multiples documents à vérifier, les conditions sanitaires à respecter, etc.

D’après l’Association internationale du transport aérien (IATA) les nouvelles démarches sanitaires obligatoires pour embarquer devraient considérablement allonger le temps passé dans les aéroports, notamment pour les pays qui n’auraient pas automatisé un processus de contrôle d’embarquement et qui privilégient le papier aux outils numériques. L’Algérie serait donc particulièrement concernée.

Cela était prévisible : les voyages d’après pandémie ne seront plus jamais les mêmes et ajouteront des contraintes supplémentaires. IATA le confirme, voyager par avion demandera un temps très long.

Jusqu’à 8 heures d’attente à l’aéroport

Dans ses dernières estimations, l’association du transport aérien prévient les acteurs de l’aérien et les invitent d’ores et déjà à penser à une réorganisation de leurs contrôles dans les aéroports.

En effet, IATA précise qu’un voyage en avion exigeait, avant 2019, environ 1 h 30 de temps passé à effectuer les démarches aéroportuaires, à savoir les contrôles de billets, bagages et identité. Ce temps est actuellement doublé dans les aéroports alors que le trafic aérien mondial ne fonctionne qu’à 30 % de ses capacités.

En effet, la vérification des preuves de bonne santé, tels que les tests PCR ainsi que les formulaires de suivi spécifiques demandés par chaque pays ou encore la vérification des réservations d’hôtel a significativement allongé les délais de passage de chaque voyageur.

Au vu de ces données, IATA prévoit un temps à l’aéroport qui passerait dans un premier temps à 5,5 heures lorsque le trafic reprendra à 75 % et jusqu’à 8 heures par trajet lorsqu’il reprendra à 100 %. Des heures à rajouter à la durée de vol.

Ces statistiques pourraient être réelles dans le cas où les pays n’amélioreraient pas le processus de voyages au niveau des aéroports. Cela pourrait arriver très vite car l’association prévoit dès cette année le retour de la moitié des vols habituellement opérés.

L’Algérie est-elle prête à gérer l’afflux de voyageurs ?

Afin d’éviter les débordements et les crises suscitées par la perte de patience, IATA préconise de numériser les processus, notamment en adoptant un modèle de passeport sanitaire. Beaucoup de pays s’y sont déjà attelés, notamment ceux de l’Union européenne qui prévoient de le mettre en place dès cet été. Des compagnies aériennes ont également développé leurs propres outils avec un QR code permettant de récupérer tests PCR négatifs et preuve de vaccination. Mais l’Algérie qui relance à peine quelques vols vers l’étranger ne semble pas prendre cette contrainte en compte.

En effet, les autorités ont annoncé une reprise des vols par Air Algérie au 1er juin, avec enfin la possibilité pour les citoyens algériens de rejoindre ou de quitter l’Algérie. Ces voyages seront conditionnés à la présentation de nombreux documents comme un test PCR négatif ou encore la preuve d’achat d’un séjour pour une quarantaine dans un hôtel agréé.

Les délais d’attente dans les aéroports algériens étaient très conséquents avant 2020. Lenteur de l’enregistrement et livraison des bagages, fiche de débarquement pour les étrangers ou encore multiples contrôles de sécurité étaient autant d’étapes gérées de manière peu efficace.

Alors que d’autres aéroports ont mis en place depuis très longtemps des enregistrements en ligne et des billets électroniques à passer sur des bornes automatiques, l’Algérie est à la traîne. Qu’en sera-t-il avec ces nouvelles mesures, notamment pour les personnes arrivant sur le sol algérien ?

Rien n’a été communiqué à ce propos. Air Algérie en est seulement à trouver le moyen de vendre ses billets d’avion accompagnés d’un forfait quarantaine mais n’a pas évoqué la gestion des preuves de tests et d’achat en aéroport.

Avec près de 14 mois de fermeture des frontières algériennes, il faut s’attendre à une demande de voyage conséquente chez les Algériens dès la reprise des vols. Les aéroports algériens risquent d’être dépassés très rapidement.

La Newsletter
Restez bien informés : recevez les dernières infos et alertes en vous inscrivant Gratuitement à notre Newsletter.
Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus