Reprise du trafic aérien : des corridors entre pays à faible risque ?

Le :

Pour la reprise du trafic aérien et du tourisme, l’Organisation mondiale du tourisme estime que la solution pourrait résider dans la mise en place de couloirs aériens entre pays à faible risque de contagion.

 

Alors que plusieurs pays ont entamé des processus de déconfinement qui donnent des résultats encourageants, une interrogation demeure : le trafic aérien international et le tourisme seront-t-ils relancés cet été ? Si oui, selon quels critères ?

 

En Europe, les frontières de l’espace Schengen seront ouvertes dès la mi-juin. Pour les frontières extérieures, une décision est attendue vers le 15 juin. Mais la Grèce a déjà annoncé sa décision d’ouvrir sa frontière à des pays situés en dehors de l’Union européenne.

 

Les pays dont les touristes seront autorisés à voyager en Grèce à partir du 15 juin sont : l’Albanie, l’Australie, l’Autriche, la Macédoine du Nord, la Bulgarie, l’Allemagne, le Danemark, la Suisse, l’Estonie, le Japon, Israël, la Chine, la Croatie, Chypre, la Lettonie, le Liban, Malte, le Monténégro, la Roumanie, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, la Serbie, la Slovaque, la République Tchèque et la Finlande.

 

Des couloirs aériens entre pays à faible risque

 

Pour l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), agence de l’ONU basée à Madrid, la solution pourrait résider dans la mise en place de couloirs aériens entre pays à faible risque de contagion de Covid-19.

 

Ces corridors « sont des premiers pas pour établir de premières communications. (…) Ces couloirs vont se développer », a estimé le secrétaire général de cette de l’OMT, cité cette semaine par l’agence AFP.

 

L’OMT a aussi plaidé pour une meilleure coordination des réouvertures de frontières post-pandémie, en particulier en Europe où elle recommande aussi d’ouvrir les frontières extérieures à l’espace Schengen.

 

« C’est dommage que pendant les deux premiers mois (de confinement) chaque pays ait suivi ses propres règles, c’était un peu chaotique. Nous voulons coordonner, aider les pays à avoir une meilleure communication », a-t-il expliqué.

 

L’OMT appelle aussi à « penser aux pays hors de l’Union européenne » pour la réouverture des frontières, par exemple à la Turquie.

 


Samira C.

Partager sur :
Quoi de neuf ?