Sans-papiers : manifestations de soutien en France et en Belgique

Le :

Des manifestations pour exiger la régularisation des sans-papiers se sont déroulées, ce samedi 30 mai, dans plusieurs villes françaises ainsi qu’à Bruxelles, en Belgique.

 

Cela fait plusieurs semaines que Paris, soumis au confinement depuis le mois de mars, n’avait pas vu une manifestation aussi importante.

 

Malgré l’interdiction de la Préfecture de police de Paris et le déploiement d’un important dispositif policier, plusieurs milliers de personnes ont marché dans la capitale française.

 

A l’appel de près 210 associations et 300 personnalités, les marcheurs ont réclamé la régularisation des sans-papiers. « Pour ces populations, la crise sanitaire actuelle est en train de devenir une véritable bombe sanitaire », estiment les organisateurs de la marche.

 

Manifestations à Lille, Limoges…

 

Les policiers sont intervenus pour disperser les manifestants, la préfecture de police rappelant que la manifestation était interdite dans un contexte de restrictions imposées dans le cadre de la pandémie du coronavirus Covid-19. La police a usé de gaz lacrymogène et une centaine de personnes ont été interpellées.

 

 

Des marchés et des rassemblements se sont également déroulés dans plusieurs autres villes françaises, comme Lille, Strasbourg, Perpignan, Poitiers, Limoges…, avec la même principale revendication : régulariser les sans-papiers.

 

Manifestation à Bruxelles

 

Autre pays qui refuse une régularisation massive de ses sans-papiers, la Belgique voit les manifestations et les appels se multiplier ces dernières semaines.

 

Ce samedi, une marche a eu lieu entre la maison communale de Molenbeek-Saint-Jean jusqu’au centre de Bruxelles pour appeler à la régularisation des sans-papiers, rapporte La Libre Belgique.

 

Les manifestants ont scandé des slogans comme « On est tous des enfants d’immigrés » et arborent différentes banderoles avec des messages appelant à la régularisation.

 

« On trouve inconcevable que ce gouvernement fédéral Coronavirus n’entende pas les appels grandissants à la régularisation, qui viennent des communes, d’associations, d’avocats, de groupes de sans-papiers… », estime Abdelhak, porte-parole pour l’action.

 


Samira Chibani

Partager sur :
Quoi de neuf ?