1. Accueil
  2. Air Algérie
  3. Suspension des vols Air Algérie depuis la France : le précédent de 1995
Air Algérie

Suspension des vols Air Algérie depuis la France : le précédent de 1995

Quasiment une année entière avec un nombre infime de vols entre Alger et Paris en raison du risque de pandémie. La situation aérienne entre l’Algérie et la France semble inédite au point de paralyser les vies de nombreux Algériens et binationaux.

Vous serez sans doute étonné d’apprendre que ce n’est pas la première fois que les voyageurs entre la France et l’Algérie vivent une situation aussi difficile. En effet, dans les années 1990, la liaison entre Paris et tous les aéroports algériens avait totalement été rompue durant deux longues années, pour des raisons autres que sanitaires.

C’est un épisode que l’on a oublié. Entre 1995 et 1997, tous les vols opérés par Air Algérie au départ de la capitale française ont été tout simplement annulés suite à une décision de la France de transférer les comptoirs Air Algérie d’Orly Sud vers le T9, un terminal charter de Roissy.

Disparition totale des vols entre Alger et Paris

La France considérait que la compagnie aérienne était à risque et qu’il était impossible d’assurer la sécurité des vols et des transits de passagers à Orly. Une décision qui semblait être davantage une réaction au détournement de l’Airbus d’Air France qui eut lieu le 24 décembre 1994.

L’Algérie avait vécu ce traitement comme une discrimination injustifiée et en représailles, elle avait fait le choix simple d’annuler tous les vols vers Paris. Une décision majeure, puisqu’Air Algérie était la seule compagnie à opérer des vols entre Alger et Paris à cette époque marquée par l’absence de la majorité des compagnies aériennes internationales du marché algérien en raison de la situation sécuritaire.

Côté français, on estimait qu’il s’agissait d’un choix stratégique pour améliorer la sécurité et désengorger Orly Sud et côté algérien, d’une restriction sans motif visant à humilier les Algériens. Précautions contre atteinte à la dignité, c’était le débat incessant entre les deux pays qui ont vécu une relation sous le signe des tensions dans les années 90. L’épisode a largement éprouvé les relations diplomatiques entre les deux pays durant ces années.

Le calvaire des voyageurs

Les Algériens qui souhaitaient rejoindre Paris devaient emprunter des chemins détournés en atterrissant dans d’autres villes françaises ou européennes. Un voyage qui durait, avant cet événement, 2 heures, était allongé parfois de 8 heures, décourageant ainsi de nombreux voyageurs.

Ce n’est qu’en 1997, soit deux ans plus tard que les deux pays ont trouvé un terrain d’entente, en laissant des vols d’Air Algérie à Orly et le choix d’un meilleur terminal à l’aéroport de Roissy. Il aura fallu deux ans de discussion et de réorganisation pour que les Algériens puissent se rendre directement à Paris sans emprunter de trains ou de bus et traverser toute la France.

L’arrivée d’Air Algérie à Roissy 1 a été marquée des tensions avec d’autres compagnies aériennes : 13 ont déménagé alors que British Airways avait dénoncé la décision des autorités françaises, écrivait le journal Les Echos dans son édition du 2 mai 1997.

L’arrêt des vols, un peu trop facile ?

Aujourd’hui la situation n’est pas la même et la pénurie de vols dépend davantage d’une gestion d’une crise sanitaire que politique. Mais la facilité déroutante avec laquelle les vols peuvent être annulés du jour au lendemain est inquiétante. Ces deux pays ont déjà été capables d’annuler l’une des liaisons aériennes les plus fréquentes entre les deux pays et l’ont à nouveau fait en mars 2020.

Sans oublier qu’aucune considération des passagers n’avait alors été prise. Comme aujourd’hui des familles ne pouvaient pas se rejoindre, les voyages urgents devenaient le parcours du combattant et complexes, périlleux, surtout pour les Algériens qui subissaient de plein fouet la décennie noire.

Alors que la pandémie continue de faire des morts dans le monde entier, les voyageurs algériens ou d’origine algérienne sont les premières victimes de cet arrêt net des vols entre les deux pays comme dans les années 1990.

De plus, encore une fois les relations diplomatiques entre la France et l’Algérie sont peu efficientes, voire, en profitent pour régler de vieux dossiers : comme la question de l’immigration, du regroupement familial, etc. Les deux états ne travaillent en aucun cas en faveur d’un retour à la normale, les frontières des deux pays restent fermées, réduisant considérablement le nombre de passagers sur le peu de vols mis en place.

Guide De Voyage Algérie
Algérie
Toutes les procédures de voyage en Algérie
Voir Plus