Tourisme : l’Algérie vue par un Américain

Le : 2 août 2018

Andrew Farrand est un écrivain, voyageur et photographe américain. Directeur du bureau Algérie de l’ONG World Learning, Andrew vit en Algérie depuis 5 ans. Il raconte à Visas & Voyages Algérie ses différents voyages aux quatre coins du pays.

 

Andrew a visité notre pays pour la première fois lors d’une mission en 2012, puis il a refait deux autres voyages avant de décider de s’y installer en 2013.

 

« L’Algérie reste unique »

 

Les voyages et séjours de cet Américain dans la région du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord lui avaient déjà permis d’avoir une idée sur les mœurs et la culture dans la région. Néanmoins, avoue t-il « l’Algérie reste unique », surtout les Algériens qui, selon « leur réputation », sont « méfiants, agressifs et favorisent la confrontation ». « Mais dès qu’on fait un peu d’effort pour surmonter la méfiance on découvre qu’au fond c’est un peuple très accueillant, charmant et plein de bonne humeur », souligne Andrew.

 

Ce directeur de l’ONG World Learning a visité 24 wilayas, soit « un nombre plus important que ce que j’ai visité en termes d’États aux USA » plaisante t-il. Mais même après avoir visité toutes ces régions, Andrew estime qu’il reste énormément de choses à voir en Algérie.

 

Parmi les 24 wilayas qu’il a visitées, ce voyageur avoue avoir été séduit par Alger, « même si j’adore aussi le Sahara (Taghit, Tassili), les grandes villes (Oran, Constantine, Sétif), les sites historiques (Timgad, Tipaza) et tout le reste du pays », précise-t-il. « À chaque endroit, je trouve des gens, des sites et des phénomènes fascinants », nous dit Andrew, qui estime que les potentialités touristiques de l’Algérie sont peu exploitées.

 

 

« Le pays mérite d’être visité … »

 

« Ce n’est pas les atouts qui manquent mais les obstacles qui existent ! Les escortes sécuritaires, les difficultés pour obtenir un simple visa, la pollution et la saleté générale… Ces 3 facteurs compliquent l’accès et gâchent l’expérience d’un touriste qui cherche à visiter l’Algérie, et le pousse à opter pour une autre destination qui l’accueillera à bras ouverts. Par conséquence, même si sur l’échelle mondiale les dépenses sur le tourisme ont dépassé 2.5 milliards de dollars l’an dernier, l’Algérie ne capte qu’une partie minimale de cette somme. » regrette cet amoureux de l’Algérie.

 

« L’Algérie a passé des moments de forte insécurité, mais elle les a passés ! Aujourd’hui, le pays mérite d’être visité. Et si les portes sont ouvertes, les gens curieux et aventuriers viendront découvrir le pays. Ils trouveront de belles surprises et les Algériens seront aussi surpris par le bonheur que cet échange pourra générer », conclut Andrew.


 

Andrew partage les photos de ses différents voyages en Algérie sur son compte Instagram

 

Voici tout ce qu’il faut savoir si vous souhaitez visiter l’Algérie

Partager sur :

VISAS : Les formalités